Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:01

Cinema.jpgTanguy Viel est amateur de cinéma, comme il a déjà pu le montrer dans son petit ouvrage Hitchcock, par exemple. Retour sur un de ses premiers romans, qui confirme son amour pour le septième art et sobrement intitulé Cinéma.

 

Attention, Viel ne fait pas ici un long article sur l'histoire du cinéma ou sur sa relation personnelle au cinéma ; il met en scène un personnage, narrateur unique du roman, qui a construit toute sa vie autour d'une seul et unique film. Ce film, il l'a vu des dizaines de fois, le connaît par coeur et chaque nouveau visionnage donne lieu à de nouvelles réflexions, qu'il note précieusement dans son carnet. Si la connaissance parfaite d'un film n'est pas forcément originale, ce qui l'est beaucoup plus, c'est qu'il a construit sa vie, personnelle et amicale, à partir de ce dernier. Le narrateur en est tellement intime qu'il l'appelle par son petit nom, Sleuth, comme si c'était un ami de longue date.

 

Dès qu'il en a l'occasion, il propose à ses amis de regarder le film. Et il ne supporte pas que certains d'entre eux puissent ne pas trouver le film formidable. C'est alors pour lui le signe que cette amitié est vaine, car la personne en question n'est pas capable de saisir les subtilités du film et refuse la jouissance que procure le film.

 

Le roman est une longue déclaration d'amour au film, qui tient pour beaucoup en une explication de l'intrigue, particulièrement alambiquée. Car c'est un huis-clos, où les masques tombent, où les jeux de déguisement sont nombreux et importants. Autre force du film et du roman, sa fin en forme de point d'interrogation : quel était l'objectif de Milo Tindle quand il revient chez Andrew Wyke ?

 

C'est aussi un excellent moyen de se replonger dans le formidable dernier film de Mankiewicz, où Michael Caine et Laurence Olivier s'en donnent à coeur joie. Car, petite précaution, je pense qu'il vaut mieux avoir vu Sleuth (Le limier en français, dans sa version première, un film passionnant avec une mise en scène et un sens du suspense formidable) avant de se lancer dans le roman, au risque de perdre le bénéfice de la surprise, un des éléments fondamental du film. (mais je dis cela comme on conseille souvent de lire le livre avant de voir le film, ce que l'on ne fait finalement que rarement. D'où l'idée qu'on peut lire le livre sans voir le film, le plaisir sera différent). Et Tanguy Viel confirme une nouvelle fois, s'il était nécessaire, que son oeuvre littéraire tourne autour du thème de l'arnaque, presque toujours ratée. Un thème qu'il rend comme souvent assez palpitant.

 

Autres romans de l’auteur : Insoupçonnable, Paris-Brest, Hitchcock, par exemple, L'absolue perfection du crime

 

Cinéma de Tanguy Viel

Ed. de Minuit

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guillome 13/09/2012 13:05


un roman que j'ai lu il y a fort longtemps, que j'ai complètement oublié. Je le ressors de mes étagères de suite ! merci !!!

Yohan 15/09/2012 11:59



Mais de rien ! J'espère qu'il ne sentira pas trop la poussière ;-)