Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 07:52

Les nuits  blanches est un court roman à l’intrigue assez simple : un jeune homme, romantique et qui se définit comme un rêveur, rencontre par hasard dans les rues de Saint-Petersbourg une jeune femme seule. Ils passent la nuit à discuter et se reverront, lors d’autres nuits blanches. Mais alors que le jeune homme est amoureux depuis la première minute, la jeune femme tombe doucement amoureuse de cet inconnu car son amant, qu’elle attend, ne vient pas. Jusqu’à son retour, où elle tombe dans ses bras.


Ce petit opus de Doistoievski est un roman d’amour, pour la vie nocturne qui permet aux êtres de se dévoiler, mais aussi entre les deux personnages, qui se découvrent, échangent, se rapprochent pour finalement se séparer. Le jeune homme, qui dans une longue description se présente comme un rêveur, un être qui voit le réel d’une manière particulière, est celui qui attire le plus de pitié pour le lecteur. Seul, abandonné, presque malade, cette relation nocturne avec cette inconnue est pour lui un point d’accroche important. Elle, plus distante, attend désespérément celui qu’elle aime et qui ne vient pas. Elle se berce d’illusions, et entraîne avec elle son interlocuteur, pris dans des fantasmes qu’elle brisera sans aucun scrupule.

 

Les nuits blanches sont donc l’occasion le lecteur de suivre ce couple provisoire, dont la relation ne survivra pas à l’irruption d’un tiers, qui n’a pas à beaucoup agir pour disloquer le duo. Petit roman de jeunesse de Dostoievski,  il permet une entrée en douceur dans l’œuvre de l’auteur, avant de se plonger dans les sommes qui ont fait sa renommée.

 

A noter que ce roman a servi de base à James Gray pour son dernier film, Two lovers.

 

Les nuits blanches, de Fedor Dostoïevski

Traduit du russe par André Markowicz

Ed. Babel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

praline 02/10/2009 22:10


Moi aussi je le note. Je me sens très russe addict ces jours ci !


Yohan 03/10/2009 17:55


Quand un pays vous attrape, autant y aller à fond !!! 


Mango 02/10/2009 09:16


Ce billet m'a vivement intéressée: je ne connaissais pas ce récit  de jeunesse qui comporte déjà la marque du grand écrivain, si je comprends bien! 


Yohan 03/10/2009 17:52


Merci, cela fait plaisir quand on voit l'intéret des lecteurs par rapport à un billet ! Je n'ai pas lu d'autres romans de Dostoievski, mais j'ai l'impression que cela annonce les romans plus
riches.