Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:00

montecore-un-tigre-unique.jpg[Déjà paru sur Biblioblog] La littérature nordique est à la mode et le lecteur que je suis imagine des auteurs suédois ou islandais, blonds et grands, écrivant des romans policiers ou comiques. Alors, quand j'ouvre un roman écrit par un suédois d'origine tunisienne, je m'attends à être surpris. Et effectivement, ce roman est assez singulier.

 

En fait, plus qu'un roman, on lit l'histoire du roman, sa composition, son processus de création. On y retrouve un auteur, suédois d'origine tunisienne prénommé Jonas (comme l'auteur de l'ouvrage, celui que le lecteur a entre les mains), qui vient de publier un premier roman. Son acolyte est Kadir, un homme qui prend contact avec lui pour lui donner une idée de roman : que Jonas raconte son histoire, et particulièrement celle de son père. Son départ de Tunisie, son installation en Suède, son succès comme photographe. Mais les souvenirs de Kadir et Jonas sont parfois divergents, et chacun présente l'histoire selon son propre point de vue.

 

Montecore, un tigre unique, est un livre riche. Riche par son écriture, son style. En présentant des protagonistes qui ne maîtrisent pas très bien le suédois étant donné leur statut d'immigré (pour Jonas) ou d'étranger (pour Kadir), l'auteur se permet des inventions stylistiques, des détournements d'expressions, des dérèglements syntaxiques qui s'ils sont un peu déroutants au début, prennent peu à peu tout leur sens. Jonas Hassen Khemiri utilise la double narration, par Jonas et Kadir, pour s'amuser avec les mots et la langue.

 

Mais c'est également un roman sur le processus de l'écriture et sur les conditions de naissance d'un roman. Jonas débute la rédaction parce que Kadir le contacte. Suivent de nombreux échanges, par mail, avec parfois des documents issus des archives du père de Jonas, qui permettent de reconstruire le passé. Mais il n'a rien d'objectif, et chacun l'interprète selon son point de vue. Pour Kadir, Abbas a fait tout ce qu'il a pu pour s'intégrer en Suède. Pour Jonas, il a été lâche, refusant de voir le racisme latent des suédois et de manifester clairement ses origines tunisiennes.

 

Car ce roman est aussi est roman politique et social. En remontant le temps, notamment les années 80 et 90 en Suède, Jonas Hassen Khemiri dresse un portrait assez inattendu de la Suède. Car Abbas a du mal à s'intégrer et fait tout pour se fondre dans la masse, allant jusqu'à ouvrir un atelier de photographie pour lequel il se donne un nom suédois. Pays souvent considéré comme calme et paisible, on plonge ici dans les quartiers de Stockholm, dans un pays où le premier ministre Olof Palme vient d'être assassiné, où l'étranger est regardé d'un drôle d'œil, où quelques racistes s'expriment sans être inquiéter, où Jonas se sent en danger. Danger qui lui donnera envie de revenir vers ses origines, en particulier religieuse, de manière brutale et caricaturale.

 

Roman aux multiples entrées, cet ouvrage de Jonas Hassen Khemiri est susceptible de plaire à un grand nombre de lecteurs. Un titre singulier, qui aborde frontalement des thématiques qui touchent bien d'autres pays que la Suède.

 

L'avis d'In Cold Blog

 

Montecore, un tigre unique de Jonas Hassen Khemiri

Traduit du suédois par Max Stadler et Lucie Clauss

Ed. du Serpent à plumes

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emeraude 25/08/2011 22:00



j'avais déjà du lire ton billet sur Biblioblog. En tout cas ce qui est sûr c'est que j'avais lu le billet d'InColdBlog !! C'est bien que tu me rappelles qu'il faut le lire :-)



Yohan 28/08/2011 19:58



Mais de rien ! Les blogs, cela sert aussi d'aide-mémoire.