Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 22:35

Manu Larcenet poursuit les aventures de Marco, le héros du Combat ordinaire, dans un quatrième tome, Planter des clous.

On y retrouve donc Marco, installé avec sa compagne vétérinaire, mais surtout avec une petite fille, Maude, venue emplir son quotidien. Dans ce tome, il retourne aux chantiers navals où a travaillé son père, pour suivre la lutte des ouvriers qui veulent sauver leurs emplois.

Présents dans les épisodes précédents, Marco n'a pas perdu ses vieux démons : les rencontres avec le psy rythment en effet le récit. Néanmoins, les crises d'angoisse, mémorables dans les trois premiers tomes, sont cette fois absentes. Un effet positif de la paternité ?

L'essentiel de l'ouvrage a néanmoins pour cadre ce chantier qu'il connaît par coeur, que ce soient les lieux ou les ouvriers. Et il est sensible qu'il n'arrive pas à considérer ce reportage comme un reportage classique. Il sait que c'est l'avenir des anciens camarades de son père qui est en jeu. Certains craignent d'ailleurs l'arrivée d'un "Mickeyland" !.

Ce tome est dans la même veine que les précédents : lucide, parfois désabusé, mais avec une pointe d'humour qui rend tout ceci extrêmement émouvant. Et l'implantation du récit dans la réalité ne fait qu'aider l'immersion dans cette excellente série. Par exemple, l'annonce des résultats de la présidentielle dans un bar du chantier le plonge dans un profond désarroi, quand il entend les futurs licenciés se réjouir de l'élection de Sarkozy qui doit permettre à "la France de se relever". Désarroi que je partage complètement, et que je trouve très bien rendu.

Bref, comme je vous avais recommandé les trois premiers tomes, je ne peux que faire de même pour cette suite.

Tamara en a parlé également.

 

Planter des clous, Le combar odinaire T.4, de Manu Larcenet

Ed. Dargaud

Partager cet article

Repost 0

commentaires