Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:17

ubik.jpgAlors que l'ensemble de la métropole lilloise vient de passer trois mois sous le signe du fantastique, les expositions ont été l'occasion de mesurer l'étendue de mes lacunes en terme de littérature du genre, en particulier la littérature de science-fiction. Qu'à cela ne tienne, je me suis donc plongé dans Ubik.

 

Glen Runciter dirige une société d'anti-psis. L'objectif de ses employés, des neutraliseurs, est de s'opposer aux talents des precogs, capables de voir ce qui va se produire dans le futur, ou aux psys, qui arrivent à lire les pensées de leurs compatriotes. Tous ces talents sont utilisés par les entreprises qui dirigent le nouveau monde, dans le but de tout savoir sur leurs futurs clients. Runciter reçoit une commande importante : il doit envoyer sur la lune ses neutraliseurs les plus efficaces pour contrer une attaque d'une ampleur considérable. Mais ce voyage sur la lune sera bien plus dangereux que prévu.

Voici résumé les premières pages d'Ubik. Il est difficile d'en dire plus, car l'intrigue prend des voies très diverses et parfois tortueuses. Dès les premières pages, on suit Glen Runciter dans un moratorium où il se met en contact avec sa femme décédée et en état de semi-vie. Cette position de semi-vie, où la communication avec les vivants est possible mais l'interaction avec le réel interdite, est au cœur du roman. Runciter y prend des conseils pour diriger son entreprise. Mais le message est parfois troublé par la présence d'êtres négatifs qui tentent de s'imposer, comme le petit Jory, allongé aux côtés de Mme Runciter.

 

Le héros du roman, ou plutôt le anti-héros, est Joe Chip. C'est lui qui donne son avis sur les futurs neutraliseurs. Ici, il est consulté pour donner son avis sur Pat, une jeune surdouée. Mais Joe a des doutes : il ne sait pas si Pat est un atout ou un danger pour la société de Runciter. Chip est à l'opposé du héros qu'on imagine : il est désordonné, incapable d'avoir sur lui la monnaie pour faire fonctionner les appareils qui l'entourent. Mais il est très subtil et comprend beaucoup de choses. Néanmoins, son retour sur Terre après le voyage dans la Lune met à mal tous ses repères. Et ce sont ceux du lecteur qui sont également perturbés.

 

A partir du retour sur Terre, le roman prend une direction très troublante, où tout est bouleversé. Le temps s'écoule à l'envers, avec un retour dans le passé. Les personnages disparaissent les uns après les autres, après une mort et une décomposition subite. Mais tout cela est-il réel ?

 

Philip K. Dick s'amuse avec les repères du spectateur. Si on trouve dans son roman des pages dénonçant le capitalisme et la monétisation du moindre geste quotidien, c'est également un roman qui traite de questions plus métaphysiques, notamment avec l'introduction du concept de semi-vie. Si le début du roman est facilement accessible, la seconde partie est plus complexe. Constamment, je me suis demandé où les personnages se trouvaient. Même si mes repères ont été souvent remis en cause et que je n'ai certainement pas tout saisi (il me reste quelques doutes), j'ai apprécié cette plongée dans cet univers fantastique. Et cela m'a donné envie de poursuivre ma découverte de la science-fiction.

 

Ubik de Philip K. Dick

Traduit de l'anglais par Alain Dorémieux

Ed. 10/18

Partager cet article

Repost 0

commentaires

book to movie 07/02/2013 14:09


Un excellent livre qui est devenu culte au fil des années! 

Yohan 24/02/2013 18:22



Il a en effet mérité de devenir culte, car le traitement est très fouillé et complexe, et plonge dans le lecteur dans une histoire vraiment originale !