Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 19:20

the americanIl y a parfois des films dont on n'attend pas grand chose, dont on se dit qu'on y va, pour voir, ou pour profiter de George Clooney. Et parfois, on tombe sur une oeuvre plus riche, plus ambitieuse que ce pour quoi on était venu. L'inverse est souvent vrai également, mais j'avoue que je préfère quand ça se passe dans ce sens là.

 

De The American, je ne savais rien, hormis le présence de George Nespresso Clooney au générique. J'avais bien vu la bande-annonce, mais celle-ci avait plutôt eu un effet repoussoir, donnant l'impression d'un énième film boum-boum sans queue ni trop de tête. Et puis, quelques critiques positives, et une envie d'aller au cinéma le plus proche ont fait pencher la balance pour l'histoire de ce tueur à  gages en fin de carrière, dont la dernière mission en Italie est théoriquement simple, puiqu'elle consiste à fournir à une acheteuse une arme sur mesure. Et là, George/Jack/Edward (on s'y perd) est un expert, et on le verra démonter, visser, percer, assembler, ajuster une armée de précision.

 

Sur l'intrigue, c'est on ne peut plus lieu commun. Le tueur à gages, l'histoire d'amour, la dernière mission, la trahison,... Ce n'est pas dans l'originalité du scénario que vous trouverez votre bonheur. Mais pour ce qui est de la mise en scène, c'est un autre sujet. Derrière la caméra, Anton Corbijn sait ce qu'il veut filmer, et le fait bien. L'image donne l'impression que tous les cadrages ont été réfléchis, que rien n'a été laissé au hasard. En plus, il se sert admirablement bien des décors dans lesquels il a choisi de tourner, soit un petit village des Abbruzes perché sur un pic, avec rues et escaliers qui vont avec. Et quand nos héros s'éloignent de la ville, que Corbijn montre dans de superbes panoramas par temps variés, il réussit à les installer dans un coin de nature au bord d'un cours d'eau, dans les hautes herbes.

 

Film vraiment surprenant, dans lequel la tension est finalement toujours présente car on ne sait jamais ce qui va arriver à Jack/Edward, et dans lequel le réalisateur s'amuse avec les nerfs du spectateur, dans une grande économie d'hémoglobine mais pas de mise en scène, tout en évitant l'exercice de style vain. De plus, voir Henry Fonda en gros plan dans un trioquet italien ne fait qu'ajouter au plaisir. Une belle surprise.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marimile 21/11/2010 19:09



merci de me prévenir, j'ai repris mon nom du Biblio. Je vais lire ta critique de LA PRINCESSE DE MONTPENSIER, un film que j'ai beaucoup apprécié.



Anne-Marie Baron-Theillou 13/11/2010 14:47



Tout à fait d'accord!moi aussi je suis allée voir ce film sans en attendre grand-chose,mais j'ai été très agréablement surprise par le jeu de G.Clooney,les paysages superbes d'une Italie ignorée
des touristes et l'utilisation très intelligente qu'en fait le réalisateur, la tension sans effetsspectaculaires qui court tout au long deu film. Une jolie découverte , donc.



Yohan 21/11/2010 15:18



Content de voir que tu as bien aimé le film, que je trouve très efficace et surprenant avec peu de moyens.