Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 13:11

rubberRubber, c'est l'histoire d'un pneu. Au beau milieu du désert californien, Robert (notre pneu) se réveille, prend vie, trébuche en apprenant à rouler, et découvre son pouvoir de destruction. Après avoir écrasé une vulgaire bouteille d'eau en plastique, il s'attaque à un scorpion puis à un lapin, qu'il parvient à tuer en le faisant exploser. Mais Robert ne s'arrête pas là, et tous ceux qui se mettront en travers de son chemin seront des victimes potentiels de sa folie tueuse.

 

Pendant que Robert le pneu tue, il est observé par une bande de touristes à jumelles qui épient ses faits et gestes. Surpris par la violence de ce dernier, ils cherchent à découvrir ses motivations. Mais eux aussi sont abandonnés en plein désert, et s'ils ne sont pas des victimes directes de Robert, on peut dire que c'est la société du spectacle qui sera leur bourreau.

 

Voilà un drôle de film, qui d'un postulat totalement ahurissant, soit suivre un pneu tueur pendant 1h25, parvient à être une analyse critique assez poussée du monde de loisir et de consommation dans lequel nous vivons. Et qui interroge notre position de spectateur, capté et happé par cette histoire complètement loufoque, craignant ce qui va advenir à la femme de ménage qui a osé sortir Robert de la douche, alors que tout ceci n'a aucune portée réaliste ou rationnelle. Comme le dit le policier de l'histoire au début du film dans une séquence hilarante, tout ceci n'a aucune explication, le "no reason" étant le point de départ du long-métrage.

 

En jouant avec les codes du thriller, Quentin Dupieux signe un film assez jouissif et déroutant : comment peut-on être intéressé par la vie d'un pneu qui roule ? Jusqu'où la fiction emmène le spectateur ? Et quand le  policier, essayant de montrer à ses collègues qu'ils sont en train de jouer, se fait tirer dessus et ne meurt pas, le spectateur est plongé dans un abîme entre réalité et fiction que Dupieux parvient à subtilement mettre en place, pour faire tenir cette histoire pendant 1h30.

 

Film résolument drôle et décalé, mais aussi mise en abîme de la position du spectateur qui se voit en train de regarder le pneu, Rubber est une  oeuvre à découvrir, car je suis certain que vous ne verrez plus jamais les pneus de la même façon !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emeraude 04/12/2010 21:22



en voyant la bande annonce on s'est dit "soit c'est carrément nul, soit c'est tout simplement génial". J'avoue que le fait de ne pas savoir ne m'avait pas empêché de dormir et que j'ai préféré me
régaler devant Raiponce...


mais finalement, je suis bien contente maintenant de savoir que ça relevait plutôt du génie! ;-)



Yohan 08/12/2010 19:58



Bon, je n'irai pas jusqu'à dire que le film est génial, mais Dupieux parvient à faire tenir son histoire, ce qui est déjà très fort. Pour Raiponce, cela ne me tente pas plus que cela, même si la
critique positive de Télérama m'intrigue.



zarline 29/11/2010 16:43



J'ai cru jusqu'à la moitié de ton billet que c'était un gag. Non, sérieux, je crois que c'est beaucoup trop décalé pour moi mais bravo au scénariste pour l'originalité.



Yohan 05/12/2010 17:59



Non, ce n'est pas ungag. Il est vrai qu'on se demande comment le scénario vatenir 1h25, mais c'est au final un film qui tient la route ;-)



liliba 28/11/2010 13:59



Un peu space, mais ton commentaire est bien tentant !



Yohan 05/12/2010 17:56



Oui, on se demande vraiment où le réalisateur veut nous emmener, mais cela est au final très enlevé et réussi.