Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 21:28

poulet-aux-prunes.jpgAprès Persepolis, Marjane Satrapi s'est une nouvelle fois associée à Vincent Parronnaud pour une adaptation d'une de ses bande-dessinées, Poulet aux prunes. On quitte la biographie de la réalisatrice d'origine iranienne pour plonger dans une histoire moderne digne des contes persans les plus célèbres.

 

Le poulet aux prunes est le plat préféré de Nasser Ali Khan. Violoniste virtuose, il est accablé depuis que sa femme, Faringuisse, a détruit son instrument fétiche. Mais cela n'est finalement rien à côté de la rencontre inattendue avec Irâne, cette femme dont il était follement amoureux de nombreuses années plus tôt. Mais Irâne, dont le père s'est opposé au mariage, ne reconnaît Nasser Ali. Il décide alors de mourir.

 

Le récit est construit en fonction de jours successifs, au cours desquels Nasser Ali imagine des stratagèmes pour mettre fin à ses jours. Il y voit aussi son passé, le futur de ses proches, et rencontre même Azrael, l'ange de la mort. Différentes histoires, qui tissent celle de Nasser Ali, celle de sa rencontre avec Irâne, la belle fille de l'horloger. Celle de son mariage subi avec Faringuisse. Celle de sa fille, joueuse de poker envoûtante (Chiara Mastroianni, merveilleuse) ou de son fils, qui a fui la dictature iranienne et est devenu père d'une caricaturale famille américaine nourrie de hamburgers et de pizzas.

 

De nombreuses petites hitsoires qui s'assemblent et qui forment un puzzle des genres cinématographiques. On passe de la chronique décalée au récit fantastique, en passant par quelques passages animés. Le tout est servi par des acteurs bien choisis, au premier rang desquels Mathieu Amalric, très bon en Nasser Ali Khan, et Edouard Baer en Azrael espiègle. Mais aussi Maria de Medeiros, Eric Caravaca ou Serge Avédikian. Un film un peu inégal, mais qui a le mérite de tenter d'associer des passages très différents dans une seule trame. Un film qui ne mérite certainement pas les nombreuses critiges mitigées voire négatives qui sont sorties dans les médias.

Partager cet article

Repost 0

commentaires