Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 22:20

polisse.jpgMaïwenn signe avec Polisse un film sur le quotidien de la brigade de protection des mineurs. Embarqué avec ses membres, une photographe les suit dans leur travail, dans les difficultés humaines liées aux affaires qu'ils rencontrent, comme dans les joies lorsqu'une affaire se termine bien.

 

Globalement, j'ai trouvé le film de Maïwenn réussi, notamment grâce au rendu du travail au quotidien de ces agents particuliers. On plonge dans la misère humaine lorsqu'une mère souhaite confier son fils car elle dort dans la rue (ce qui donne lieu à une scène de séparation déchirante) ou dans l'inconscience lorsqu'une mère ne réalise les conséquences de ses gestes envers ses enfants lorsqu'elle veut les endormir. Il y a des moments de désarroi, de désespoir, mais également de colère. Comment ne pas l'être par exemple devant ce père, coupable d'attouchements sexuels, qui n'éprouve aucun regret ? Et comment ne pas rire devant cette ado, incapable de réaliser que faire une fellation pour réucpérer son portable est aberrant ?

 

Puis il y a les contingences matérielles, les véhicules qui mamquent car réquisitionnés par les stups, ces arbitrages en leur défaveur, ces kébabs mangés dans la rue, en pleine nuit, à la recherche d'une mère et de son enfant. Tous ces moments du quotidien, avec des relations humaines fortes entre collègues, passant parfois de la complicité à la rancoeur, sont très bien rendus.

 

Si le personnage du photographe, interprêté par Maïwenn, n'est pas indispensable (une évocation lourdingue du film dans le film), tous les autres personnages sont très bien décrits. Chacun est campé, reconnaissable, et les acteurs qui leur donnent vie sont épatants. Il serait fastidieux de tous les citer, mais je nommerai tout de même Joey Starr, surprenant et poignant en homme ne supportant plus la souffrance humaine, Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot, Naïdra Ayadi (dans une très dure scène face à un père musulman) ou Louis-Do de Lencquesaing. Je souhaiterai vraiment tous les citer car c'est une des forces de Maïwenn que de savoir parfaitement diriger les acteurs (en particulier ici les enfants). Un film intense, parfois difficile, mais qui mérite amplement le déplacement.

 

Les avis de Pascale, de Choupynette

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laetitia 01/12/2011 16:17


Je plussoie (ça faisait longtemps :-))

Yohan 03/12/2011 16:08



Chouette, tu reviens ;-) (C'est que ça prend du temps de déménager, hein ?!?)



Choupynette 30/11/2011 16:05


ansolument d'accord avec toi. Y compris sur le personnage de Maïwenn, parfaitement dispensable!

Yohan 03/12/2011 16:07



Oui, on pourrait enlever Maïwenn, mais le reste du film est vraiment de haut niveau !