Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 07:25

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/Grandes110/5/1/2/9782246680215.gifPhilippe Jaenada, l'homme aux parenthèses (voilà, c'est dit !). Auteur dont j'ai déjà beaucoup entendu parler, notamment via les Chats, et que je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir. C'est maintenant chose faite, et bien faite, avec son dernier opus.


Un été dans les Pouilles. Avec sa femme Oum et son jeune fils Géo, Voltaire (ces prénoms vous donnent une idée des personnages), a décidé de passer les vacances sur le côte, là où ils sont déjà venus en villégiature. Si tout débute comme des vacances classiques (repas sur le balcon, linge étendu), rapidement, le paradis perd son aspect bienveillant, et se transforme en piège qui se referme sur eux : un feu s'est déclaré plus haut, et leur seule solution est de fuir, vers la plage, vers la mer, et toujours plus loin, car les flammes et la fumée semblent les poursuivre.


Si le paysage bucolique, les pizzerias et la mer toute proche annoncent des vacances de rêve (et on s'y croirait), la fuite et la peur des personnages sont au cœur du roman. Même si la forme laisse peu de suspense quant à l'issue, on suit avec compassion le parcours de Voltaire qui tente de sauver sa famille, de prendre les bonnes décisions quand tout semble perdu. Dans la mer, il tente de surmonter son appréhension par rapport au fait que Géo ne sait pas nager, et cela donne lieu à un passage poignant.


Mais, ce qui est épatant dans l'écriture de Jaenada, c'est qu'il y instille une joie de vivre, un humour qui n'a pourtant que peu à voir avec le cadre dramatique de l'action. En repensant à certains événements qu'il a vécu à Paris, à ce qu'il devrait retrouver s'il arrive à s'en sortir, Voltaire parvient à s'échapper mentalement de la fournaise qui l'entoure. De la rencontre avec Oum à leur premier repas au restaurant, on découvre en creux l'histoire de ce couple. Mais le passage qui a ma préférence est celui où Voltaire raconte ses déboires, une nuit de beuverie, avec un restaurant Hippopotamus de la place Clichy. La description des lieux et du personnel est savoureux, le recul et le second degré avec lequel est raconté cette anecdote est irrésistible. Si ce passage est le plus réussi, l'ensemble du roman est truffé de passages aux tonalités similaires.


J'ai donc passé un très bon moment dans ce feu de forêt des Pouilles, entouré de personnages attachants, et un auteur très doué pour les passages décalés et comiques qui s'intègre dans une tragédie humaine. Bref, un très bon début avec Jaenada, que je vous recommande !

L'avis de Thom

 

Plage de Manacora, 16h30, de Philippe Jaenada

Ed. Grasset

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile de Quoide9 26/08/2010 17:58



Tu es mûr pour lire le Chameau Sauvage (dixit l'hystérique évoquée par Mister ICB dans le premier commentaire !)    ;o)



Yohan 30/08/2010 19:19



Ca tombe bien, je l'ai récupéré dans une brocante il y a peu... En avant pour la chameau sauvage !



Yv 17/01/2010 14:53


J'ai beaucoupa imé aussi le décalage, l'humour et les parenthèses et autres tirets.


Yohan 17/01/2010 20:10


Cet humour est assez inattendu, et m'a agréablement surpris dans cette ambiance étouffante et surchauffée.


Leiloona 10/01/2010 18:07


Dans un monde idéal, je devrais lire Le chameau sauvage du même auteur ce mois-ci. Ce que tu écris sur le style de l'auteur me plâit bien. J'ai donc hâte de le découvrir.


Yohan 13/01/2010 07:56


Ah !!! Un monde idéal ! Mais le monde de la lecture doit -il être idéal ?  (vous avez quatre heures ;-)


Ys 10/01/2010 18:00


Jamais lu non plus, mais ton billet éveille mon intérêt. J'ai jeté un oeil sur les catalogues des bib que je fréquente, il n'est pas très présent...


Yohan 13/01/2010 07:55


Pour ma part, c'est bien en bib que je l'ai repéré (il figurait sur un présentoir !). Il y a vraiment de bons côtés aux bibliothèques ;-) 


In Cold Blog 10/01/2010 13:57


Malgré l'enthousiasme quasi hystérique de miss Cécile de
Quoide9 pour Jaenada, je n'ai encore jamais sauté le pas. Le chameau sauvage traine toujours dans ma PAL... Ce que tu dis de cette plage de Manacora semble
pourtant très tentant.


Yohan 13/01/2010 07:54


Plage de Manacora est en effet un bon roman, qui permet de plonger dans l'univers loufoque de Jaenada, qui je découvrais à cette occasion. Pour la suite, cela se fera au gré des opportunités...