Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 07:03

Vittorio Alberto Tordo est un écrivain italien, reconnu dans son pays. Au cours de sa vie, il a pris part aux différents événements qui ont secoué sa patrie, en particulier la Grande Guerre, ainsi que l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Non seulement il a suivi ces mouvements, mais il y a participé activement. Il est ainsi rédacteur d'une tribune demandant de prendre les armes en 1914. Mais arrivé à la fin de sa vie, il réalise que son œuvre n'est pas représentative de l'évolution de sa pensée, et qu'il n'est pas considéré comme il devrait l'être. Surtout, des moments éprouvants, dont il n'a jamais parlé dans ses romans, refont surface et lui font éprouver des remords, liés au fait de ne pas avoir su exorciser ces pensées douloureuses...


Me voici bien embêté pour parler de ce roman. Car je suis, comme qui dirait, partagé...


Commençons par les aspects positifs. Cette autobiographie d'un intellectuel en fin de vie, qui fait le bilan de son engagement militant en tant qu'intellectuel, est originale. Il refait le point sur ses prises de position, ce qui permet de retracer rapidement la vie politique italienne du début du XXeme siècle. De l'engagement militaire à l'arrivée de Mussolini, en passant par les différentes phases du facisme italien, notamment son rapprochement avec le nazisme.


Un autre point positif est celui lié au traumatisme originel, d'abord esquissé dans le roman, et qui va prendre un poids de plus en plus important dans l'intrigue, pour finalement servir de conclusion à cet ouvrage, Tordo étant totalement obnubilé par cet épisode jugé aujourd'hui douloureux, mais qu'il a assumé lors des faits.


Mais il y aussi toute une réflexion qui si elle n'est pas nouvelle n'en reste pas moins intéressante sur la place des livres, et notamment leurs reprises médiatiques. Les critiques et commentateurs voient dans les livres de Tordo ce qu'il n'a pas voulu y mettre, et inversement. Il y a notamment cette phrase, que je trouve très percutante : « Et mon roman ne l'a pas dit, puisque personne n'a dit qu'il le disait ».Par cette simple assertion, l'auteur renvoie le lecteur à sa position, mais indique également qu'il n'est pas dupe de l'avenir d'un roman, qui peut (lieu commun) échapper à son auteur.


Mon problème par rapport à ce livre est lié au postulat initial : un homme, belliciste et clairement fasciste, fait le point sur sa vie, et éprouve des remords. Bien sûr, il n'a pas été toute sa vie un ardent défenseur de Mussolini, mais pas dans un sens gauchiste : il indique bien qu'il aurait voulu que le régime soit plus strict et autoritaire qu'il ne l'a été (ce qui a été compris comme une critique de ce régime, mais pas dans le bon sens). C'est cette évolution qui m'a paru artificielle : un homme qui défend des thèses autoritaires, et qui se retrouve hanté par un démon de son passé, est selon moi un paradoxe indépassable. J'ai peut-être une vision tronquée, mais les parcours vont généralement vers un autoritarisme accru l'âge venant que l'inverse. J'ai donc eu du mal à situer ce personnage, qui éprouve des sentiments contradictoires avec les thèses qu'il a défendues, et qu'il défend toujours.


Au final, ce ne fut pas une lecture désagréable, elle a pris de l'ampleur au fil des pages, mais les remords du personnage principal sont trop fictionnels pour pouvoir me toucher et me faire entrer en empathie avec Tordo. Il me reste donc un arrière-goût que je n'arrive pas à faire disparaître, malheureusement.

Livre proposé par Goelen dans le cadre de la chaîne des livres, il prend le chemin de chez Virginie...

 

Morts et remords, de Christophe Mileschi

Ed. La fosse aux ours

Partager cet article

Repost 0

commentaires

goelen 08/03/2010 14:42


je comprends que tu sois partagé avec ce paradoxe. Et même si je suis plutôt d'accord sur le fait du pourquoi ses remords vu le personnage, cela ne m'a pas gênée. C'est vraiment chouette ces avis
différents sur un livre qui nous a plu


Yohan 09/03/2010 22:43


Oui, c'est amusant de voir des avis différents sur un même roman, même si cela fait parfois un peu de mal à entendre, car on s'attache forcément aux lovres qu'on propose à d'autres. Je ne regrette
pas du tout cette lecture, car l'écriture est très belle, mais c'est vrai que la raison de son introspection me laisse toujours perplexe !


Stephie 20/10/2009 20:19


J'ai hâte de me faire un avis !


Yohan 25/10/2009 15:30


Il va finir par arriver chez toi !


Leiloona 20/10/2009 10:13


Ah, j'avais bien aimé la musique des phrases, et je n'avais pas perçu sa démarche comme artificielle ... ;)


Yohan 25/10/2009 15:28


L'écriture est agréable, mais c'est la psychologie du personnage principal qui m'a gêné. Les remords qu'il éprouve me semblent incompatibles avec son engagement... Mais peut-être suis trop
rationnel ?!?