Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 19:39

[Billet déjà paru sur Biblioblog] Tout débute par la mort de Constance Angeloso. Une mort bête, dont on ne sait pas si c'est un accident ou un suicide : sa Renault 5, une antiquité qui lui servait également de lieu d'habitation, a été emportée par un train alors qu'elle se trouvait sur le passage à niveau. Mort qui aurait pu passer inaperçue, mais dont les journaux ont parlé, puisque le train a retardé le voyage du dalaï-lama. C'est à partir de cet événement malheureux qu'Angelino, le fils de Madame Angeloso, Monsieur Coquemar, un des clients de l'hôtel qu'elle tenait, et Danuta, la femme de chambre, décident de parler de celle qu'ils ont connue il y a plus de dix ans, et qui a ensuite disparu sans vraiment donner d'explications.

 

Ce roman donne à entendre ces trois voix, successivement, mais sans ordre précis. Angelino fait part du dégoût qu'il éprouve envers sa mère et les clients qui lui tournent autour comme si elle était une déesse. Son but est de la faire craquer, notamment en évoquant la figure paternelle, qui rappelle de forts mauvais souvenirs à Madame Angeloso. Mr Coquemar et Danuta sont dans un tout autre état d'esprit. L'un éprouve une profonde amitié pour sa logeuse. Homme habitué aux voyages par son métier, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour venir le plus souvent possible à Dunkerque, là où Madame Angeloso tient son hôtel. Pour Danuta, c'est plutôt de la reconnaissance qu'elle ressent pour sa patronne. Venue de Pologne sans le sou et en ne connaissant pas le français, Madame Angeloso lui a permis de peu à peu se familiariser avec cette langue, notamment lors de la cérémonie de la mise et du retrait du corset de fer qui entoure la poitrine de Madame Angeloso (ce qui donne d'ailleurs lieu à de magnifiques scènes, intimes et touchantes). Ce qui lui permet d'obtenir un poste important de traductrice.

 

En creux, on découvre la vie singulière de cette femme, marquée par une expérience professionnelle heureuse à Ostende, mais qui a tout perdu car elle n'a pas su ouvrir à temps les yeux pour s'apercevoir des mensonges de son mari. Elle a tenté de reconstruire sa vie, mais les images de ce passé, savamment ravivées par Angelino, ne cessent de la hanter. On découvre donc une femme forte, que ce soit au niveau de la corpulence ou du caractère, et qui n'hésite pas à faire des choix radicaux.

 

François Vallejo aime l'histoire et les événements historiques, comme il a pu le montrer dans d'autres romans. Ici, rien ne laisse présager l'apparition de grands moments historiques. Mais il mêle habilement anecdotes sur le vie de Madame Angeloso et événements planétaires. Ainsi, outre la figure du Dalaï-lama, on découvre que la première rencontre entre Mr Coquemar et Madame Angeloso a lieu le jour où François Mitterrand se rend au Panthéon après son élection. De même, l'explosion de Tchernobyl ou la fin de l'état de guerre en Pologne rythment la vie de Madame Angeloso et de ses clients. En mêlant histoire individuelle et collective, le roman prend une dimension supplémentaire tout à fait pertinente.

 

L'auteur entraîne donc le lecteur dans ce périple sur les traces de cette femme dont on revit l'histoire par les yeux des autres. En donnant à chacun une manière très spécifique de s'exprimer, il permet d'identifier rapidement le point de vue utilisé dans chaque chapitre. Au début très courts, ceux-ci s'allongent petit à petit, comme si leur langue se déliait, chacun ayant moins de difficultés à raconter les événements qu'il a vécu. Une histoire singulière, parfois déroutante par les méandres qu'elle emprunte, mais qui donne à voir la vie extraordinaire d'une femme qui n'en demandait pas tant.

 

Autres romans de François Vallejo : Groom, Ouest, L'incendie du Chiado, Vacarme dans la salle de bal

 

Madame Angeloso, de François Vallejo

Ed. Viviane Hamy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

liliba 31/05/2010 20:32



ah ah, je ne les connais pas, ceux-là ! Je note !



liliba 29/05/2010 14:38



Un livre que j'avais beaucoup aimé. As-tu lu Ouest, du même auteur ?



Yohan 31/05/2010 19:07



Oui, j'ai lu Ouest, un excellent roman. J'ai également un très bon souvenir de Groom et de Vacarme dans la salle de bal, que je t'invite à découvrir :-)



Véranne 13/05/2010 10:51



Tu donnes envie de lire cet ouvrage; j'avais beaucoup apprécié Ouest dont je viens de lire ta critique d'avril 2008. très juste à mes eyux, notamment pour ce qui concerne le style: ce monologue
intérieur était un tour de force.


Je vais donc tenter celui-ci, dès que j'aurai terminé Politics, un roman d'Adam Thirlwell récemment traduit en français, et qui avait eu une bonne critique dans Le Monde des Livres.



Yohan 15/05/2010 18:10



Je te le conseille viement, car je trouve la contruction de ce roman très bien faite.
Merci pour le conseil, je le note dans un coin !



Ys 11/05/2010 13:48



Voilà bien longtemps que j'ai noté Groom grâce à toi, et toujours pas lu cet auteur...



Yohan 15/05/2010 18:07



Cela me fait déjà plaisir que tu l'as noté grâce à moi. Je serai ravi le jour où tu en feras un billet ;-)