Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 08:12

louise-wimmer.jpgLouise Wimmer tente constamment de joindre les deux bouts. Employée de ménage dans un hôtel, elle complète ses revenus avec un boulot chez un particulier. Elle dort dans sa voiture, devenue le dernier objet qu'elle chérit, car sans sa bagnole, elle n'a plus rien pour se sentir protégée. Et quand le moteur refuse de démarrer, l'angoisse l'étreint. Elle ruse pour pouvoir manger, pour rester propre et pour récupérer quelques pièces.


Autant dire que le film est loin d'être une comédie. En restant au plus près de son personnage, presque de tous les plans et filmé de façon très serrée, Cyril Mennegun rend palpable la tension quotidienne et la crainte de la chute fatale. Car si Louise est presque au fond du trou, elle reste sur la dernière marche qui l'empêche de ne pas sombrer. Elle continue à avoir quelques rapports sexuels réguliers, peut compter sur quelques amis (la tenancière du bistrot qui lui récupère son courrier (Anne Benoît), l'homme avec lequel elle joue au PMU et qui lui répare sa voiture (Jérôme Kircher)). Et cette volonté farouche de ne pas tomber fait toute la force de Louise, qui s'enivre parfois de danse et de Nina Simone pour mieux repartir le lendemain.


On ne sait pas vraiment pourquoi elle en est arrivée là. On sent que la rupture avec son mari, recasée avec une femme bien mise et lisse, l'a détruite, et que sa fille a pris ses distances. Mais on comprend aussi qu'elle refuse de leur demander de l'aide et surtout de leur expliquer la situation dans laquelle elle est. Même l'assistante sociale, déroutée pour ses premiers jours de travail, a du mal à saisir cette femme franche, directe, souvent impressionnante.


Venu du documentaire, Cyril Mennegun en garde les codes et introduit dans le film la subjectivité liée à la fiction, avec une profonde empathie pour Louise Wimmer. Il faut dire que la composition de Corinne Masiéro, pour son premier grand rôle au cinéma, est époustouflante. Résistante, parfois orgueilleuse, elle sait aussi devenir une femme douce, joyeuse, et son regard lorsqu'elle lorgne vers les cités HLM de la ville est un exceptionnel moment de cinéma. Je recommande très chaudement !

 

Les avis de Pascale, Jérémy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 22/01/2012 11:06


Bonjour Yohan, moi aussi, je recommande très chaudement Louise Wimmer qui ne tombe jamais dans le misérabilisme. Elle en veut, cette femme. L'actrice est sensationnelle. Bon dimanche.

Yohan 24/01/2012 22:37



Le film n'est malheureusement pas vu par beaucoup de monde, mais il reçoit beaucoup d'échos positifs !



Jérémy 19/01/2012 22:22


Un film assez intéressant, porté par une actrice bluffante c'est vrai.


J'aurai peut-être aimé que le film s'égratine plus sur la gravité de la situation sociale dans laquelle se noit le personnage. Un peu plus de militantisme en somme.


Merci pour le lien ;) .

Yohan 24/01/2012 22:36



Justement, je trouve que le film est très juste sur ce refus d'en faire un film militant. Car malheureusement, quand on se bat pour vivre et avoir un logement, on n'a pas forcément le temps et la
volonté pour militer...



Laurence 17/01/2012 23:35


La première fois que j'ai vu des extraits de ce film j'ai immédiatement reconnu l'actrice. Je l'ai vue en effet plusieurs fois dans des seconds rôles de téléfilms, et à chaque fois, j'étais
epoustoufflée par son jeu. Je dois donc aller le voir bientôt. Du coup, je n'ai lu que le dernier paragraphe de ton billet. Et du coup, ça me donne encore plus envie d'y aller. :)

Yohan 24/01/2012 22:34



Parfait si ce billet ne fait que conforter ton envie. Et Corinne Masiéro, également vu parfois à la télé (Les vivants et les morts, notamment) est épatante !