Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 20:09

little-big-bang.jpg[Billet déjà paru sur Biblioblog] Comment expliquer qu'à cause d'un noyau d'olive coincé dans la gorge, un homme voit un olivier lui pousser dans l'oreille ? Et surtout comment faire pour le retirer, ou, dans le pire des cas, vivre avec ? C'est la question que pose Benny Barbash, auteur israélien, qui sous couvert d'un roman humoristique et burlesque, signe une fiction qui confronte le héros et sa famille à l'arrivée de l'inconnu et de l'inexplicable.

 

Tout commence avec un régime. Un père de famille israélien constate qu'il est un peu en sur-poids, et décide de maigrir. Il essaie toutes les méthodes possibles ou imaginables (à base de chou, de carottes, et même de pop-corn). Mais celui qui semble fonctionner est un régime à base d'olives. Mais lorsqu'un noyau manque de l'étouffer, sa vie bascule.

 

Car s'il parvient à faire sortir le noyau de l'œsophage, celui-ci est resté coincé près de l'oreille. Et le noyau va germer. D'abord ce sont de petites feuilles, puis des branches d'olivier qui sortent par son oreille. Et impossible de l'arracher ou de le sectionner, car du sang coule alors des branches, et fait souffrir le martyr au malade. Tout laisse à penser que l'arbre a pris possession du corps de l'homme et qu'ils seront obligés de vivre ensemble. Et quand, par malheur, notre homme fait une sieste la tête contre le sol, les racines de l'arbre s'enfoncent dans la terre israélienne. Il est alors contraint de vivre là, avec cet arbre.

 

Tout cela est raconté de manière très légère, très drôle. Le narrateur est un des enfants du couple, qui présente cette histoire de manière rétrospective. Ceci permet à Benny Barbash de faire de nombreux effets. Mais derrière un premier abord burlesque et fantastique, l'auteur n'oublie pas la description de la famille israélienne, conservatrice, anti-palestienne et qui se sent totalement légitime dans le pays.

 

La grand-mère, qui tient plus à la théière qui est dans la famille depuis plusieurs générations qu'à comprendre pourquoi son fils a un olivier dans l'oreille, est la plus conservatrice. Mais en devant faire appel à un horticulteur palestinien, ce qui nécessite un trajet jusqu'en Palestine, toute la famille doit affronter ses préjugés, les clichés qu'elle véhicule sur les palestiniens, voisins vus comme des barbares.

 

Benny Barbash signe finalement un très joli roman sur la question de la présence de l'autre, de l'étranger, et de son acceptation : comment faire pour vivre avec ce qu'on ne connaît pas, et qui devient, malgré vous, une part intime de l'être humain ? En choisissant l'olivier, arbre dont les rameaux symbolisent la paix, l'auteur dépasse largement le cadre de la fiction pour ancrer son ouvrage dans la réalité de son pays, Israël, constamment en guerre avec ses voisins depuis sa création.

 

Les avis de Leiloona, Sylvie, Midola

 

Little Big Bang, de Benny Barbash

Traduit de l'hébreu par Dominique Rotermund

Ed. Zulma

Partager cet article

Repost 0

commentaires