Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 07:08

sorciere de salemEn 1691, les colonies britanniques du nord du continent américain ne sont encore que des embryons. Composées essentiellement de protestants ayant fui l'Angleterre après le retour des rois catholiques, ce sont des petites sociétés qui mêlent immigrants et indiens, relégués au rôle de domestique. C'est dans la petite ville de Salem qu'arrive Loïs, jeune catholique qui rejoint une partie de sa famille. Elle a des soutiens à Salem, mais la famille qui l'héberge est loin d'en faire partie. Et quand la rumeur annonce la présence de sorcières sur le territoire, les nouveaux venus et les étrangers sont les premiers visés.


A partir d'un fait historique, Elizabeth Gaskell dépeint cette société très renfermée sur elle-même, les tensions qui la parcourent, en particulier religieuses. Surtout, elle décrit comment toute une communauté plonge dans l'irrationalité en condamnant à mort plusieurs villageois pour sorcellerie présumée. La première partie du roman est consacrée à l'arrivée de Loïs à Salem. Venu de Barford, elle a quitté l'Angleterre après la mort de ses parents. Elle retrouve le peu de famille qui lui reste, mais qui ne partage pas la même religion. Mais rapidement, l'exil se transforme en cauchemar. Elle habite dans une famille dont elle sent l'hostilité à son égard, bien que le fils, Manasseh, ait des attentions très différentes envers elle.


La seconde partie du roman s'attache aux accusations de sorcellerie, qui touchent d'abord les indiennes, souvent les domestiques dans les maisons des colons, puis ceux qui ne partagent la même religion. Loïs est alors accusée par Prudence, une des filles de la maison où elle loge, alors qu'aucun argument tangible ne pèse contre elle. Gaskell décrit minutieusement les moyens utilisés par la justice pour extorquer des aveux, avant de condamner lourdement les accusés qui n'ont aucun moyen de s'en tirer.


Si l'histoire de sorcellerie prend du temps à s'installer, la première partie du roman n'en est pas moins intéressante, avec cette présentation des colonies britanniques, et les relations complexes qui eronde.jpgxistent entre tous ces citoyens. En particulier, la querelle entre l'ancien et le nouveau pasteur est assez révélatrice de cette tension qui parcourt toutes les relations. Un roman très intéressant, ma foi, et qui est é  galement très bien écrit et traduit (même si la traduction, par deux auteurs différents, me semble meilleure, au niveau littéraire, dans sa première partie). Une plongée instructive et terrifiante dans les milieux  puritains des débuts des colonies britanniques.

 

L'avis d'Emmyne (je n'ai pas le courage d'aller chercher les précédents) pour ce roman proposé par Isil.

 

La sorcière de Salem, d'Elizabeth Gaskell

Traduit de l'anglais par Roger Kann et Bertrand Fillaudeau

Ed. José Corti

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Titine 30/08/2010 12:04



C'est un roman un peu à part dans l'oeuvre de Elizabeth Gaskell mais j'ai beaucoup apprécié cette lecture et ce contexte historique effrayant.



Yohan 30/08/2010 19:26



C'est le premier Gaskell que je lis, et son univers est en effet intéressant. A réessayer avec un autre !



Céline 19/08/2010 07:20



C'est donc pour ça que je ne tombe jamais dessus dans des librairies !!


Merci pour la proposition de prêt, mais j'ai horreur de rendre les livres que je viens de lire... Il vaut mieux ne pas m'en prêter :) ! J'irais faire un tour chez les bouquinistes, c'est plus
prudent.



Yohan 19/08/2010 09:14



Du coup, les bouquinistes me semblent la seule solution pour que tu puisses lire ce roman et le garder ensuite ;-)



Céline 17/08/2010 20:28



J'ai très envie de le lire !



Yohan 18/08/2010 22:46



C'est en effet un roman qui mérite d'être lu, le seul souci est qu'il est épuisé. C'est la chaîne qui m'a permis de le découvrir, et le livre va retourner chez Isil... Il faudrait voir avec elle,
une fois la chaîne finie !



Ys 13/08/2010 10:57



J'ai écrit hier ailleurs "bravo les filles pour les billets de la chaîne" : je retire, c'est bravo à tous !



Yohan 18/08/2010 22:33



Oh, tu peux m'assimiler aux filles de la chaîne, je me fonds très bien dans l'utilisation du féminin ;-)