Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 09:10

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/78/27/12/19453971.jpgEmile est un veuf endurci. Sa vie, il la passe entre les parties de pêche avec son ami Edmond et les retrouvailles au Penalty, le bistrot du coin. Jusqu'au jour où Edmond lui montre ses peintures, particulières, et lui annonce qu'il voit régulièrement des femmes qu'il rencontre par petites annonces. La mort d'Edmond est le signal, pour Emile, de redonner du tonus à sa vie. Lucie, Lena et Lyse l'aideront dans cette voie.


Les auteurs de BD se mettent au cinéma, et c'est généralement assez séduisant. Riad Sattouf a signé le drôlissime Les beaux gosses, Joann Sfar le « à moitié » réussi Gainsbourg, et c'est aujourd'hui au tour de Pascal Rabaté avec les petits ruisseaux. L'originalité de Rabaté, c'est qu'il a décidé de mettre en scène une de ses BD (que je n'ai pas lue). Soit l'histoire d'un homme âgé et seul qui reprend goût aux plaisirs sensuels de la vie.


Le début est par moment un peu appuyé, en particulier le personnage d'Edmond (Philippe Nahon) homme parfois vulgaire, presque antipathique, et qui ne semble pas mériter l'amitié du réservé Emile. Appuyé également, cette vie du village, avec les piliers de comptoir aux blagues parfois grasses. Heureusement, par instants, le désarroi de ces derniers est perceptible, notamment par les interventions du personnage de Bruno Lochet, au chômage et en galère.


Mais le coeur du récit, c'est Emile (Daniel Prévost). Homme qu'on peut qualifier de simple, tant sa vie tourne autour de sa maison, de son potager qu'il ne veut pas quitter, même lorsque son fils l'invite en vacances. Sa rencontre avec Lucie, si elle se borne à la découverte des dancings et aux retrouvailles avec les codes du flirt, lance véritablement le film. A bord de sa petite voiture orange, il part à l'aventure, en Corrèze où il retrouve la maison de son enfance occupée par une bande de hippies et la rivière dans laquelle il se baignait. Un retour à la nature et à la jeunesse, où les corps nus sont proches mais sans jamais de vulgarité ou de voyeurisme.


La rencontre avec Lyse, certainement la plus importante, est un hasard. Un accident de la route, qui fait qu'ils se rencontrent et se plaisent. Si la casting féminin est dans l'ensemble très séduisant (Bulle Ogier, Julie-Marie Parmentier), le personnage de Lyse, incarné par Hélène Vincent, est magnifique. C'est une femme seule elle aussi, timide également, et qui grâce à Emile renoue avec les attraits de la jeunesse.


Il y a beaucoup de très belles scènes dans ce film, entre Emile et les différentes femmes qu'il rencontre, après la mort d'Edmond. L'ensemble est apaisé, calme, à l'image de la Loire où Emile pêche. Un film qui prend son temps, comme les personnages du film prennent le leur pour retrouver les émois du flirt et de l'amour physique. Un très joli film (c'est le bon terme), qui démontre s'il en était besoin que l'amour, pour les vieux, c'est loin d'être anecdotique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

la librivore 11/07/2010 23:02



Moi aussi, j'ai aimé ce film qui n'a pas toujours très bien accueilli par les gens que je connais, car il y manque de l'"action". J'ai trouvé qu'il disait bien les rencontres furtives ou
manquées, les appoches, les atermoiements.



Yohan 04/08/2010 22:19



Comme pour l'Illusionste, pas d'action, mais une ambiance qui se marie parfaitement avec le sujet. et comme les acteurs sont très bons, le film est un vrai plaisir !



dasola 01/07/2010 10:31



Bonjour Yohan, je confirme que Les petits ruisseaux est un film à voir. C'est fin, léger et grave à la fois. Et il y a beaucoup de pudeur. Prévost est remarquable comme d'habitude. Bonne journeé.