Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 07:12

naufrages du fol espoirAvant de quitter la région parisienne (ce n'est pour demain, mais cela ne va plus tarder), il y a quelques endroits que j'ai envie de découvrir. Parmi eux, la Sainte-Chapelle, le château de Versailles ou la salle Pleyel. Il y en a au moins un que je peux rayer de la liste, c'est le théâtre du Soleil. Installé à la Cartoucherie de Vincennes (très bel endroit), j'ai eu l'occasion de voir le dernier spectacle mis en scène par Ariane Mnouchkine, Les naufragés du fol espoir. Et je ne regrette aucunement de m'être rendu à l'autre bout de Paris, bien au contraire.

 

Car outre un lieu de spectacle, le théâtre du Soleil est un véritable endoit qui vit et respire le théâtre. Tout y fait référence, de la façade repeinte aux couleurs du spectacle joué actuellement à la salle elle-même, dans laquelle on voit les coulisses, les décors et les loges où se maquillent et s'habillent les comédiens. Dès l'entrée, on est accueilli par Ariane Mnouchkiine en personne, qui nous invite à choisir notre place dans la salle : pas de places attribuées a priori, mais on choisit celle qu'on souhaite, en fonction de son heure d'arrivée. Autant dire qu'il vaut mieux ne pas arriver trop tardivement. Mais avant le spectacle, il faut profiter du lieu, de cette grand esalle dans laquelle sont dressées de grandes tablées pour dîner, dans un décor reprenant une carte de la Terre de Feu (élément essentiel du spectaacle à venir) et les affiches de grands films muets (autre élément primordial). Bref, c'est une immersion complète dans le spectacle, dès le seuil de la salle franchie. En plus, ajoutez à cela que le chauffage était un poil faiblard, et que des couvertures ont été distribuées afin de se couvrir les jambes, et vous pouvez imaginer que l'ambiance était vraiment très particulière.

 

Puis, on passe au spectacle. Dans cette dernière création, Ariane Mnouchkine raconte l'histoire d'une équipe de cinéma, en 1914, qui utilise le grenier d'une guinguette, le Fol Espoir, pour tourner de grandes fresques historiques. Le film qu'ils tournent parle d'une grande utopie : les protagonistes, en 1889, rêvent de construire un monde solidaire, plus juste, mais les conservatismes et la finance seront plus forts que leur espoir. Et l'argent conduira au désastre, puisque les passagers d'un bateau seront victimes d'un naufrage provoqué par l'avidité d'un capitaine d'industrie qui souhaitait absolument passer au large du Cap Horn. Mais le tournage est compliqué, car en Europe, tout le monde craint la guerre et la mobilisation générale : entre les différentes scènes muettes, on suit l'actualité, funeste, de Jaurès demandant des grèves européennes pour la paix, à son assassinat.

 

La grande force du specctacle, c'est la mise en scène de ces moments de tournage du film muet. On assiste en effet à la mise en place des scènes, dans lequel aucun protagoniste ne dira un seul mot. Ariane Mnouchkine met de côté l'oralité pour laisser une place immense au visuel. Et les scènes de neige, dans la Terre de feu, ou celles à bord du bateau, notamment avec l'expulsion d'une famille italienne qui tente de fuir la pauvreté de la Sicile sont magistrales et merveilleuses.

 

Si le sujet est riche, avec un fond historique passionnant, Ariane Mnouchkine n'en fait pour autant une oeuvre cérébrale. C'est une pièce qu'on vit, qu'on voit avec bonheur car l'humour et le second degré ne sont jamais loin. Mais que d'émotions lorsque retentit l'Internationale sur ce bateau rempli d'immigré,s ou lorsque l'urgence de terminer le film devient extrème. Vraiment, c'est un merveilleux spectacle que signe Ariane Mnouchkine, servi par des artistes épatants (ils sont une trentaine sur scène), et au service d'un texte admirable. Et le mieux, c'est qu'on ne peut pas dire que la troupe a été opportuniste en abordant un sujet aussi actuel, celui de la lutte acharnée pour monde plus juste et en paix, quand on sait qu'elle a été de toutes les manifestations de cet automne contre la contre-réforme des retraites. Vraiment, un grand chapeau à toute la troupe, et à Ariane Mnouchkine pour l'esprit qu'elle arrive à insuffler à ce lieu, qui respire et vit pour le théâtre.

 

Le spectacle se termine à Paris, mais sera en tournée ensuite à Lyon et à Nantes. N'hésitez pas une seconde !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laetitia BERANGER 28/12/2010 18:30



Je ne veux pas que vous partiez !!! Bon. A part ça, je garde moi aussi un merveilleux souvenir du lieu et de la mise en scène mais le propos m'avait hélas, un peu ennuyée... Sûrement trop
politique à mon goût :-)



Yohan 01/01/2011 18:33



Pour le départ, je pense que tu n'y pourras pas grand chose. Mais tu peux toujours continuer à nous supplier ;-)


Le propos trop politique ? C'est exactement ce que je me suis dit en sortant quand tu m'avais dit que tu n'avais pas aimé plus que cela ;-)



Voyelle et Consonne 23/12/2010 16:50



J'ai également beaucoup aimé et j'ai été plus qu'impressionné par cette mise en scène folle et toute l'ingéniosité dont elle fait preuve pour donner vie au cinéma... au théâtre! A côté de cela,
j'ai trouvé le propos un peu trop appuyé, parfois un peu didactique. Et je me demande pourquoi, dans ses derniers spectacles, Ariane Mnouchkine confisque de plus en plus la parole à ses
comédiens. J'ai vu beaucoup d'autres spectacles du théâtre du Soleil et j'espère vraiment qu'ils vont revenir au texte un de ces jours.



Yohan 01/01/2011 18:31



La place laisée aux corps et aux mouvements d'ensemble plutôt qu'à la parole me semble être une expérience tout à fait passionnante. Il y a un recours à la voix off (pas toujours très bon, je
l'accorde),et le fait de voir les comédiens majoritarement se démener dans des rôles muets est très impressionnant. J'ai eu comme l'impression qu'elle voulait osrtir du cadre traditionnel pour
signer un grand spectacle sur l'art théâtral et les corps. Et je l'en remercie !