Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 08:30

Puisque je n'ai pas eu le temps, en décembre, de tenir régulièrement ce blog, je vais tenter de remédier au retard pris en utilisant quelques subterfuges. Au premier rang desquels le billet commun à plusieurs films. Retour donc sur les pellicules découvertes au mois de décembre, avec un petit détour par la programmation télé de Noël.

 

tabou.jpgSur grand écran, le film le plus intéressant et déroutant vu en décembre est l'oeuvre de Miguel Gomes. Le portugais signe avec Tabou un grand film romanesque, déroutant par sa construction assez surprenante. La première partie du film est actuelle. On suit une dame qui s'inquiète pour sa voisine qui perd tout doucement la boule. Elle tente de lui venir en aide, lui apporte à manger, va la rechercher dans un casino, mais elle sent qu'elle lui échappe. Lorsqu'elle décède, elle lui glisse un nom, Ventura. Une rapide recherche permet de retrouver ce Ventura, et c'est le début de la seconde partie : retour en arrière pour comprendre la relation entre Ventura et la jeune femme. Le film est servi par un très joli noir et blanc, avec une grain de pellicule assez grossier, notamment pour la partie en Afrique. Le trouble est lié à cette seconde partie, presque entièrement en voix off. On y découvre une histoire d'amour follement romantique, avec un mari glacial, un amant attirant et un mini crocodile. Une très belle surprise.

 

les-betes-du-sud-sauvage.jpg

 

Deux autres très bons films en ce mois de décembre. D'abord, Les bêtes du Sud sauvage de Benh Zetlin. Ce film qui prend pour cadre un ouragan qui s'abat sur une petite communauté marginale de Louisiane est rempli de réussites, notamment visuelles. Le travail du réalisateur sur l'eau, élément constamment présent dans le film, est très intéressant. Et puis il y a au coeur du film une actrice épatante, du haut de son jeune âge : Quvenzhané Wallis. Elle est presque de tous les plans, joue de façon assez fabuleuse, avec une grande subtilité d'expression. Une plongée aquatique dépaysante.

 

 

 

ernest-et-celestine.jpg

 

L'autre belle réussite est Ernest et Célestine. Le film est adapté des ouvrages de Gabrielle Vincent et scénarisé par Daniel Pennac. Avec les voix malicieuses de Lambert Wilson et Pauline Brunner, on suit l'histoire de cet ours et de cette souris qui se lient d'amitié, envers et contre toutes les conventions de leurs sociétés respectives. C'ets très joliment dessiné, c'est fin, drôle, émouvant. Bref, un excellent dessin animé, visible par les plus petits sans aucun problème (ils peuvent même en redemander !)

 

 

 

 

 

les-invisibles.jpg

 

Un passionnant documentaire est également venu ponctué ce mois de décembre. Réalisé par Sébastien Lifshitz, Les invisibles donne la parole aux homosexuels. A ceux qu'on n'entend jamais, ceux qui sont aujourd'hui âgés et qui ont dû se battre, faire taire les oppositions, pour exprimer leurs amours homosexuels. A travers des témoignages de personnes très différents (d'anciens militants, des convertis après un mariage, des bergers rêveurs), le réalisateur parvient à offrir une palette très large des situations possible. Et donne envie de s'engager, de lutter, pour que le choix du conjoint ne soit plus un objet de difficultés.

 

 

 

tele-gaucho.jpg

 

 

Puis il y a tout de même quelques films qui m'ont moins parlé. Le dernier film de Michel Leclerc, Télégaucho, raconte ses débuts dans une télé locale. Le film est plutôt agréable à voir, mais manque selon moi d'un point de vue plus aigu sur ce qu'il a vécu. C'est une chronique à laquelle il manque l'analyse. Une actrice est néanmoins une nouvelle remarquable sous la caméra de Leclerc, c'est Sara Forestier. Elle est étincellante, pleine de vie et totalement convaincante dans ce rôle de fille naïve.

 

 

 

populaire.jpg

 

 

 

 

Enfin, les déceptions. Concernant Populaire, de Régis Roinsard, je n'en attendais pas grand chose mais ai été attiré par quelques critiques assez bonnes. Je me suis finalement assez ennuyé avec ces histoires de concours de dactylo qui se succèdent sans véritable enjeu. Romain Duris et Déborah François défendent correctement leurs personnages, mais le film en reste au stade du simple divertissement.

 

 

 

 

 

main-dans-la-main.jpg

 

 

Puis il y a le film qu'on attend et à côté duquel on passe. C'est le cas de Main dans la main, le dernier film de Valérie Donzelli. Ayant vu récemment la reine des pommes, son premier film, et après le succès de La guerre est déclarée, j'étais assez optimiste. Pourtant, je n'ai pas été convaincu par cette histoire et son traitement. Donzelli a une idée (un homme et une femme ont un comportement mimétique après s'être embrassés) mais elle ne sait pas quoi en faire. Du coup, elle la perd de vue et ajoute dans son film des intrigues secondaires, traitant d'une manière ou d'une autre du couple (amoureux, amical, familial), mais je n'y ai pas trouvé de liant. J'attendrai donc le suivant !

 

 

Enfin, pour ce qui est de ce riche mois de décembre, je dois avouer que j'ai découvert quelques monuments à la télé : Sissi, Intouchables et Ed Wood. Pas la peine de chercher de point commun, si ce n'est que j'ai pris un certain plaisir à voir chacun d'entre eux, pour des raisons différentes. Voilà, j'ai presque rattrapé mon retard cinématographique, il faut que j'évite d'en prendre de nouveau.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guilhem 29/01/2013 19:26


Jolie selection. Dommage que la plupart des ces films n'ont pas rencontré tous leur public.

Yohan 24/02/2013 18:13



C'est malheureusement le cas pour beaucoup de bons films... La concurrence est vraiment très dure !


Et merci pour ton passage ici !



flo 14/01/2013 14:55


C'est rigolo de mettre Sissi et Ed WOOd dans la même phrase !

Yohan 28/01/2013 21:45



C'est marrant aussi de voir ces films dans un laps de temps aussi proche !