Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:05

les-adieux-a-la-reine.jpgBenoît Jacquot adapte le roman de Chantal Thomas, Les adieux à la reine. Plus qu'une visite touristique de Versailles le 14 juillet 1798, le film est une évocation de la panique qui règne dans les couloirs, dans les combles, où les membres de la Cour et leurs domestiques ne savent plus à quel saint se vouer. Le film centre néanmoins son intrigue autour du personnage de la lectrice de la reine, Sidonie Laborde, et c'est certainement là que repose la faiblesse du film.

 

Car évoquer la panique à Versailles et se promener dans les communs est une très bonne idée de mise en scène. Les scènes de nuit, dans les couloirs éclairés à la bougie, où les courtisans se transmettent rumeurs sur rumeurs sont assez saisissantes. On y sent toute la fébrilité, l'angoisse ces nantis confinés au château, et la lecture d'une affiche demandant la tête de plus de 200 courtisans est un moment réussi de cinéma. A l'opposé, la frivolité de la Reine, occupée à la protéger ses bijoux en les retirant de leurs montures ou à regarder son livre de tissus, permet de se rendre compte de la vie irréelle à Versailles.

 

Mon souci, c'est le personnage de cette lectrice, adoratrice hallucinée de la reine qui ne jure que par les services qu'elle peut rendre à sa maitresse. Aucune préoccupation personnelle, aucune envie sexuelle chez cette demoiselle. Cela pourrait marcher si Benoît Jacquot n'avait pas choisi Léa Seydoux pour incarner ce personnage. Je n'ai jamais été convaincu par cette actrice, et ce n'est pas ce rôle qui va me faire changer d'avis. Alors qu'on devrait ressentir une urgence, une fébrilité chez cette domestique totalement vouée à sa maîtresse, on reste à côté de ce personnage froid et austère.

 

Le manque de subtilité du jeu de Léa Seydoux (toujours avec la même moue) tranche avec l'énergie et la vitalité des autres acteurs, tous bons. Que ce soit Diane Kruger qui fait parfaitement oublier Kirsten Dunst, Noémie Lvovsky (parfaite en dame de compagnie de la reine), Julie-Marie Parmentier, Michel Robin ou Hervé Pierre, ils apportent une touche originale en quelques scènes. Alors que Léa Seydoux, présente dans presque tout le film,, n,'arrive pas à proposer un personnage fort et inoubliable. Une erreur de casting qui rend ce film finalement assez anodin.

 

Les avis de Pascale, Dasola

 

Autre film de Benoît Jacquot : Villa Amalia

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 19/04/2012 20:31


Bonsoir, j'aimerais bien que les films anodins soient toujours de cette qualité. Je n'ai rien contre Lea Seydoux. Elle ne m'a pas gênée. En revanche, le personnage de la duchesse de Polignac est
assez surprenant car muet ou presque. On se demande comment Marie-Antoinette peut en "pincer" pour elle. Chacun ses goûts. Toujours est-il, merci pour mon billet en liien. Bonne soirée.

Francdorian 07/04/2012 15:00


Si tu dis que le livre est bon, je vais essayer de le lire car depuis quelques temps j'ai un peu de mal avec la lecture, je suis assez peu passionné par ce que je trouve.


Les deux seuls bouquins qui m'ont quelque peu enthousiasmé ces derniers temps sont : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, roman de Ann Shaffer et Annie Barrows et un petit
roman inclassable mais très sympa à lire, de Miléna Agus, une inconnue Sarde, dont le titre est "Battement d'ailes". Je l'ai acheté par hasard dans un aéroport pour patienter, je ne l'ai pas
regretté.


Connais-tu ces auteurs ?


J'oubliais, j'ai aussi fait la connaissance de Grisélidis Réal, catin révolutionnaire inhumée au panthéon suisse depuis 2008, au travers d'un livre de recueil de lettres absolument décoiffantes
intitulé "la passe imaginaire" et un spectacle drôle et poétique "Filles de joie" . Tout un programme !

Yohan 14/04/2012 11:50



Sur le livre, je ne l'ai pas lu, mais tous les échis que j'ai eu sont très bons. Merci pour les conseils, ce sont des titres que j'ai déjà entendus mais que je n'ai pas lu.



Laetitia 04/04/2012 22:42


Voilà bien longtemps que je n'étais venue plussoyer ici :-) Je te rejoins sur la moue inaltérable de la "surcottée" Léa Seydoux comme tu le dis si bien ! Je viens d'achever les Mystères de
Lisbonne et elle y est identique. Je vois que tu n'as même pas mentionné Virginie Ledoyen qui malgré ses apparitions (en mode défilé dans cette très discutable robe verte) semble bizarement ne
pas imprimer la "pélicule" :-) (enfin un tout petit peu quand même car elle a réussi à m'agacer ce qui relève de l'exploit vu le peu de mots qu'elle a à prononcer !) M'enfin bon, "on passe un
moment" et c'est déjà pas si mal (ne serait-ce que pour les scènes de couloirs) ;-)

Yohan 07/04/2012 14:39



Tant que tu ploissoies ainsi, tu peux venir autant que tu veux ;-) La surcôte de Léa Seydoux est un mystère d'autant plus qu'elle est prévue dans pleins d'autres films à venir (notamment chez
Kechiche qui a tout de même sorti des actrices bien plus intéressantes). Quant à Virginie Ledoyen, je ne l'ai pas trouvé spécialement bonne ou mauvaise et la seule scène où elle est un peu
longtemps à l'écran est celle où elle est nue dans son lit (Grrrr ! Quelle utilité de la montrer nue ?!?). Ouais, on passe un moment (ceci dit, il parait que le bouquin est très bon).



Francdorian 01/04/2012 17:59


Bonjour,


J'avais été dirigé sur une mauvaise page et je ne m'étais pas rendu compte que les activités ont repris sur le blog. J'en suis très heureux !

Yohan 07/04/2012 14:33



Oui, oui, le blog se poursuit, à un rythme un peu moins soutenu certes mais bon an mal an ;-)