Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 11:20

le vaisseau fantômeMa première rencontre avec Wagner date d'il y a déjà longtemps. Dès avant ma naissance, en fait, quand je donnais des coups de pied pendant que ma maman suivait des cours où il était question du compositeur allemand (enfin, d'après la légende familiale me concernant). Alors, j'ai toujours eu en tête de voir un jour une oeuvre wagnérienne. Et comme il faut un début à tout, j'ai commencé par le début, soit le premier opéra de Wagner, Le vaisseau fantôme.

 

Le vaisseau fantôme, c'est l'histoire du hollandais volant (oui, le même que chez Jack Sparrow). Il est condamné à errer sur la mer avec son équipage, et n'a le droit de revenir sur terre que tous les sept ans. Le seul moyen de se délivrer de cette damnation est de rencontrer une femme qui lui sera fidèle. Alors, à l'occasion d'un de ses débarquements sur la terre ferme, il entreprend un marin norvégien, Daland, pour savoir s'il a une fille à marier, en échange d'un trésor somptueux. Apre au gain, Daland promet sa fille Senta à l'étranger, et cela tombe bien car Senta est elle-même éprise d'un portrait représentant ce hollandais volant.

 

Mais Le vaisseau fantôme reste une grande tragédie, car si l'amour semble possible et réciproque entre les deux amants, c'est sans compter Eric, jeune homme qui rêve d'épouser Senta. Il manoeuvre tellement bien qu'il arrive même à la faire tomber dans ses bras, ce qui provoque la poursuite de la damnation du hollandais.

 

L'opéra est découpé en trois actes, qui ne sont pas très distincts, les entractes n'étant pas matérialisés par des arrêts de la musique. Le premier acte est un peu âpre, avec une discussion entre hommes, d'abord avec les marins, puis entre Daland et le hollandais. Passage certainement le moins intéressant, que ce soit en terme musical ou de mise en scène, l'ensemble étant assez statique. Mais cela a le mérite de planter le décor pour permettre ensuite de découvrir une oeuvre plus consistante.

 

Cela débute dès le début du second acte, avec très beau un choeur de femmes autour d'un linge à tisser tout à fait remarquable, et servi par une jolie mise en scène. Ensuite, les duos entre Senta et Eric, puis entre Senta et le hollandais sont de très beaux moments musicaux et vocaux. Mais Wagner s'appuie beaucoup sur les choeurs, qui  ouvrent chaque acte. Je retiens particulièrement celui du troisième acte, qui voit s'affronter les marins norvégiens heureux de revenir à terre et ceux du hollandais volant condamnés à errer, dont la musique prend peu à peu le pas sur les chants guillerets de leurs collègues.

 

Concernant les chanteurs, pas de grande émotion, mais un ensemble assez cohérent avec Adrianne Pieczonka en Senta et Klaus Florian Vogt en Erik. Il est un peu dommage que la voix du hollandais, James Morris, ait par moment été largement couverte par l'orchestre. Mais sinon, j'ai passé une très bonne soirée, même si les galeries de côté, en haut de la salle, ne sont pas ce qu'il y a de plus confortable pour avoir une vue d'ensemble du spectacle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël 09/10/2010 02:14



J'ai malheureusement manqué cet opéra (j'ai revendu ma place en raison de maux de gorges... et n'ai pas pu m'en procurer pour une autre date à un prix raisonnable).
En tout cas, j'ai bien l'intention de voir les deux derniers volets de la tétralogie en mars/juin 2011.



Yohan 23/10/2010 15:14



J'espère que les deux derniers volets de la tétralogie te plairont, j'ai entendu dire que les deux premiers avaient eu un accueil mitigé !



Bénédicte 04/10/2010 15:27



Ca devait être splendide J'aurai bien aimé y être Il faudra que je regarde de plus prés la programmation,



Yohan 08/10/2010 17:18



Oui, c'était un beau spectacle. Après, nous étions sous le plafond, de côté, donc pas très bien placés pour en profiter pleinement. Mais cela ne gâche rien à la qualité vocale des artistes.