Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 19:23

le nom des gensArthur Martin, vétérinaire spécialisé dans les épizooties chez les oiseaux, souffre de son nom, commun, qui rappelle à tous ceux qu'il rencontre une marque d'électro-ménager. Bahia Benmahmoud, avec son nom de ville brésilienne, a du mal à exliquer sa double origine arabe et française à ses interlocuteurs. Ces deux-là, cet homme sérieux admirateur de Jospin et cette jeune fille délurée, qui a pour objectif de coucher avec les mecs de droite pour les faire voter à gauche, n'ont a priori rien à partager. Sauf que leur histoire prend un tour qu'aucun des deux ne soupçonne.

 

Michel Leclerc signe une des belles surprises cinématographiques de cette fin d'année 2010. En abordant sous l'angle de la comédie des sujets aussi difficiles que le génocide des juifs ou les difficultés d'intégration des immigrés algériens, il parvient à les rendre dans tout ce qu'ils ont de complexe, sans jamais donner l'impression de donner des leçons. L'une des bonnes idées du film tient à ses face caméra d'Arthur et de Bahia, qui prennent la parole pour expliquer leur histoire et les problèmes qu'il rencontre. Une autre très bonne idée est de montrer Arthur à différents âges de son existence (enfant, lycéen, adulte), et de faire dialoguer le personnage avec ce qu'il était ou ce qu'il deviendra.

 

Le scénario, signé Michel Leclerc et Baya Kasmi, est une très belle réussite. Les répliques font mouche, les situations comiques s'enchaînent sans jamais tomber dans le graveleux ou la facilité. Et même lorsque Bahia se retrouve nue dans le métro, la situation est amenée de telle manière qu'on ne peut que sourire face à cette farce.

 

Enfin, la grande force du film, c'est son casting. Quels plaisir, joie, jouissance de voir Sara Forestier s'emparer du rôle de Bahia, de lui insuffler une fraîcheur, une candeur et un volontarisme qu'on avait peu vu jusque là. On a envie de suivre cette fille dans tout ce qu'elle a d'excessif ou d'irraisonnable, et on est séduit par la merveilleuse prestation Sara Forestier, qui confirme enfin tout le bien montré dans L'esquive. Arthur est incarné par le toujours très bon Jacques Gamblin (je crois que cet acteur ne m'a jamais déçu). Et les quatre parents sont également à mentionner, car ils participent à l'mabiance joyeuse et engagée du film : Zinedine Soualem, Carole Franck, Jacques Boudet et Michèle Moretti. Enfin, mention à Lionel Jospin, qui fait des premiers pas remarqués au cinéma.

 

Si vous avez froid, que décembre vous semble déjà long, ou que la situation sociale et politique actuelle vous sort par les yeux et que vous avez déjà vu Potiche (l'autre comédie réussie du moment), allez voir Le nom des gens, qui est vraiment une très bonne comédie qui n'élude pas les questions politiques et sociales. C'est vraiment un très chouette film !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Véranne 09/12/2010 22:55



Ce film est une surprise délicieuse. Il démarre comme une comédie un peu "à la française" (le vieux garçon a fille déjantée, et comment une histire va naître de cette rencontre improbable) et
très vite, on est emporté plus loin, dans un tourbillon qui nous fait décoller. Pas de complaisance, pas de bons sentiments pré-digérés - et pourtant le sujet s'y serait prêté! Et quelle
émotion..



Yohan 10/12/2010 17:14



Une comédie à la française, mais qui n'oublie pas contrairement à beaucoup d'autres de mettre en avant les convictions et engagements des personnages. Ce qui souvent oublié dans les comédies, car
les producteurs doivent trouver cela trop "clivants" !



La Nymphette 08/12/2010 15:59



En effet, une réussite et une vraie surprise!



Yohan 08/12/2010 20:08



Oui, la surprise de ce début décembre neigeux (enfin, pour les parisiens !)



Céline 06/12/2010 15:26



Vu hier et adoré ! C'est frais, intelligent, tendre et fourmillant d'esprit. Son seul défaut est sa densité : avec tout ce qui est dit, Michel Leclerc aurait pu faire 3 films. Il ne va donc
parfois pas au bout de certaines idées, ou alors de manière trop elliptique (la question du devoir de mémoire, par exemple). C'est dommage !



Yohan 08/12/2010 20:04



Je ne trouve pas que la densité soit un défaut. C'est selon moi un moyen de donner au film son rythme et sa force. MAis il est vrai que certains thèmes évoqués ne parleront pas à tous, car
traités parfois trop vite. Malgré tout, c'est un film que je recommande très chaudement !



Flo 05/12/2010 22:55



J'adoooore ton dernier paragraphe !! Très drole et qui correspond à cette période hivernale, certes !



Yohan 08/12/2010 20:03



Parfait si cela a réussi à te faire sourire !



Emeraude 05/12/2010 22:36



je suis d'accord avec toi, ce film est drôle, touchant, engagé...


mais en fait je ne voulais dire qu'une seule chose : J'aime Jacques Gamblin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-)



Yohan 08/12/2010 20:01



Je comprends tout à fait ta déclaration d'amour ;-) Je ne suis pas loin de la partager !!!