Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:13

le-moine.jpgDominik Moll prend son temps pour réaliser : depuis Harry, un ami qui vous veut du bien, il n'y a eu que Lemming. Avec Le moine, il poursuit son exploration des limites entre réalité et fantasmes, mais si on peut repérer l'intention du réalisateur, le résultat est très mitigé.

 

L'histoire est celle d'un moine espagnol du XVIIe Siècle, Frère Ambrosio. Intallé dans un couvent de campagne, de nombreux citadins font le déplacement pour assister à ses prêches. Les jeunes filles sont sous le charme, et ses compagnons voient en lui une référence. Mais tout bascule pour Ambrosio lorsqu'il accueille dans le couvent un jeune homme au masque de cire.

 

Parler de ce film est assez difficile, car il mêle des scènes assez réussies à d'autres qui sont juste grotesques. Mais soyons indulgents, et regardons d'abord ce qui est réussi. Certaines scènes du rêve qui hante Ambrosio, avec ce grand désert et cette femme en rouge, sont assez intrigantes. De même, on ressent une vraie angoisse avec l'arrivée de l'homme au masque de cire. Enfin, il y a Catherine Mouchet, qui si elle est sous-employée, donne du tonus à l'ensemble.

 

Côté raté, il y a au premier plan l'insupportable musique d'Alberto Iglesias, qui surligne le moindre effet. Et comme Moll n'est pas non plus avare de surlignage (comme lorsqu'Ambrosio cède à la tentation), on a l'impression de lire un commentaire de l'oeuvre en même temps qu'on voit le film. Puis il y a des scènes totalement ratées, comme l'apparition d'un spectre au milieu d'un cimetière fait avec des effets spéciaux des années 70 ou la fin du film, expédiée.

 

Un film très inégal donc, qui ne mérite pas forcément le déplacement, et dans lequel Vincent Cassel se débat comme il peut, n'étant pas mauvais mais pas totalement convaincant dans sa fièvre christique et orthodoxe. Un peu à l'image du film.

 

L'avis de Pascale

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emmanuel 03/10/2011 15:17



Vraiment, le film n'a pas grand chose à voir avec le roman gothique foisonnant dont il est tiré (que je ne saurais trop recommander). J'avais cependant l'impression que ceci mis à part, et le
commentaire de texte pour enfants de 6 ans que propose Dominique Moll tout au long de son film négligé, le Moine n'était pas si cata...



Yohan 11/10/2011 22:08



Je trouve toujours que les films lourdement commentés sont assez mauvais, car ne faisant pas confiance au spectateur. Et le manque de confiance est pour moi assez rédhibitoire.



ChezLo 18/08/2011 10:08



Hou là ! Ca confirme mon appréhension. La bande annonce m'a totalement refroidie.



Yohan 28/08/2011 19:57



Et la vision du film t'aurait certainement congelé ;-)



Thom 16/08/2011 12:09



Ah bon ? C'est pas terrible ? Bon alors je n'ai rien à regretter, vu que je n'ai pas réussi à le voir. J'en avais très envie, car le bouquin est l'un des trucs les plus bizarres que j'aie jamais
lus.



Yohan 17/08/2011 22:13



Non, rien à regretter. Maintenant,n je vais peut-être regarder le roman, pour voir si l'effet qu'il me fait est plus positif !



Ys 15/08/2011 12:01



J'ai lu le bouquin il y a un certain temps, et je vois mal comment une adaptation peut s'en sortir sans faire un peu ringard, comment mêler aujourd'hui la foi et la tentation sans tomber dans le
grotesque... pas simple...



Yohan 17/08/2011 22:12



Tu fais bien de rappeler que ce film est tiré d'un roman, ce que j'ai omis dans le billet. Et effectivement, un roman gothique sur la tentation d'un homme de foi peut facilement tomber dans le
grotesque... ce qui est malheureusement un peu le cas ici !