Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 08:10

le-discours-d-un-roi.jpgGeorge VI, le père d'Elisabeth II, n'aurait pas dû monter sur le trône. Enfin, pas si vite. Il n'a dû son couronnement qu'à l'abdication de son frère aîné, qui a préféré vivre sa relation avec une femme divorcée. Mais la prise de pouvoir a été rendue plus difficile par un handicap que Georges VI, qui s'appelait en fait Albert (Bertie pour les intimes) a dû vaincre : son bégaiement. C'est cette histoire que raconte ici Tom Hopper.

 

Albert n'arrive pas à parler en public. Et ce bien avant son couronnement. Alors qu'il doit prononcer le discours de clôture de l'exposition universelle à Wembley, il est incapable de sortir le moindre son. Pris en main par son épouse, il tente de se soigner, mais toutes les tentatives sont des échecs. C'est la rencontre avec un thérapeute australien, aux méthodes peu orthodoxes, qui permettront à Albert, futur George VI d'apprivoiser son handicap.

 

Voici l'histoire assez édifiante d'un homme de pouvoir, obligé de se faire violence pour assurer son rôle, et qui ne peut (et ne veut) pas y échapper. Violence que l'on ressent d'ailleurs à chaque fois qu'Albert doit prendre la parole et qu'il peine à sortir trois sons (dans ces passages, Colin Firth rend très bien cette souffrance). A ses côtes, Helen Bonham Carter est une formidable épouse, attentionnée, qui fait tout pour rassurer son mari. Et il y a son thérapeute (épatant Geoffrey Rush), un australien qui ne fait que peu de cas de l'étiquette des Windsor,ce qui choque à maintes reprises son hôte royal.

 

C'est la confrontation de ces trois personnages qui fait la vraie force du film. La mise en scène, classique, est au service de ces trois personnalités, qui dans une période troublée (la fin des années 30, alors qu'Hitler se fait de plus en plus menaçant) doivent assumer des fonctions importantes. On entrevoit les protagonistes britanniques de l'époque (Chamberlain, qui signera les accords de Munich, ou Churchill, qui sera Premier Ministre pendant la guerre), ce qui permet d'inscrire le film dans ce moment trouble.

 

Mais il ne faut pas chercher dans le film de grande fresque sur le vie en Angleterre à cette époque : Tom Hopper s'attache à la relation parfois conflictuelle entre le roi et son médecin, et le fait assez bien. Un film bien foutu, divertissant juste comme il faut, et qui permet de découvrir cette anecdote historique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francdorian 02/05/2011 09:54



Pour ma part, ce qui m'a le plus intéressé dans ce film c'est la méthode du soignant. En fait il n'a pas de méthode et c'est le lien qu'il parvient à nouer entre lui et son patient qui sera le
thérapeute. Pour le reste, cette histoire de roi empêtré dans des problèmes psychologiques tels qu'ils l'empêchent de s'exprimer en public est touchante. Je l'ignorais. J'ai trouvé le film
excellent dans son ensemble et d'un apport intéressant sur le plan historique.



Yohan 12/05/2011 19:12



Je ne partage l'excès d'enthousiasme autour du film, même si je l'ai trouvé plaisant. Et le personnage de Geoffrey Rush m'a également beaucoup intéressé, en particulier son aspect non
conventionnel.



Véranne 09/03/2011 23:31



Chic, un deuxième film que j'ai vu et commenté aussi! J'ai passé un très bon moment avec ce film, qui garde un vrai suspense, et dévoile petit à petit des aspects différents et complémentaires
des personnages. Si on est intéressé par la période, on peut même continuer sur un roman de William Boyd,A livre Ouvert, qui évoque les frasques du roi ayant abdiqué...



Yohan 13/03/2011 13:56



Merci pour la référence permettant de plonger dans les frasques du frère de Georges VI. Un film plaisant et agréable, en effet.



Nina 03/03/2011 21:57



Je suis assez étonnée que ce film plaise autant, mais ça me fait vraiment plaisir, c'est rassurant.



Yohan 03/03/2011 22:22



Etonné, je ne le suis pas trop, car il est très bien fait, avec au très beau casting. Et puis les Oscars (nominations puis prix) l'ont bien aidé !



Choupynette 22/02/2011 17:05



bien envie d'aller le voir! Colin Firth est un acteur de grand talent tout comme H. Bonham Carter.



Yohan 03/03/2011 22:20



J'ai toujours bien aimé Colin Firth, même si je l'idôlatre pas ;-) Ici, il est très bon, mais Geoffrey Rush fait une partition encore plus surprenante à mon goût !