Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 13:11

http://www.images-chapitre.com/ima3/newbig/929/1039929_3013668.jpgVatelin, homme intègre qui aime plus que tout sa femme Lucienne, découvre que celle-ci est poursuivie depuis plusieurs jours par Pontagnac, un de ses bons amis. Si Pontagnac jure que ses intentions sont honnêtes, ce n'est pas l'avis de Lucienne, qui tient là a fidélité par dessus tout et qui souhaite se débarasser de cet importun. Pontagnac n'est pas le seul à courtiser Lucienne. Rédillon fait lui aussi des avances à la femme de Vatelin. Mais Lucienne ne veut pas céder, sauf à une condition : si son mari la trompe. Dans ce cas, elle s'offrira à l'un de ses amants. Pontagnac et Rédillon vont donc tout faire pour que Lucienne surprenne Vatelin dans une position inconfortable. Et l'arrivée de Maggy, avec qui Vatelin eut une vague aventure en Angleterre semble favoriser leur entreprise. Mais à la fin, il y en a toujours au moins un qui est le dindon de la farce...

Sur une intrigue assez classique et des personnages archétypaux connus chez Feydeau, l'auteur réussit à signer une oeuvre enlevée, tourbillonnante et qui, malgré le nombre important de protagonistes, ne perd jamais le lecteur. Car, une fois n'est pas coutume, j'ai trouvé la lecture de cette pièce très agréable et fluide, contrairement à d'autres pièces où seul une vision sur scène permet de saisir de nombreux effets. Ici, si la mécanique de la pièce est comme souvent prépondérante chez Feydeau, au détriment du texte, il reste quelques passages assez savoureux, comme cette scène d'exposition où Valentin, découvrant que sa femme est poursuivie dans la rue, réalise que ce dernier est son ami Pontagnac. Les amabilités entre Lucienne et Pontagnac pleuvent, et ne peuvent que provoquer le rire chez le spectateur.

Le second acte est celui où l'intrigue se joue dans sa plus grande partie. Dans une chambre d'hôtel, tous les protagonistes vont se croiser, pour des raisons plus ou moins avouables. Et si Lucienne découvre que son mari la trompe, elle pense que c'est avec une touriste de passage, alors que sa vraie maîtresse se cache dans la salle de bains. Si l'intrigue évolue, c'est souvent le fait de quiproquos. Elle prendra toujours la direction attendue, mais pas pour les raisons que l'on pense. Le Dindon est donc une pièce très bien écrite et huilée, et sa lecture me donne envie de voir un Feydeau sur scène (ce qui est loin d'être irrréalisable) !

A noter à la fin de l'édition du Livre de Poche, un court et intéressant appareil critique, qui revient sur les éléments et les personnages de la pièce, mais qui s'intéresse également sur la réception qui a été faite des pièces de Feydeau, depuis leur création jusqu'à aujourd'hui. Comme souvent, l'oeuvre a connu des hauts (lors des créations dans les années 1890 - 1900 - 1910, et aujourd'hui) et des bas (dans l'entre deux guerres, notamment). On apprend aussi, chose que j'ignorais, que Feydeau est le dernier grand auteur de vaudeville, venant bien après Labiche, et qu'il a réussi à lui donner ses lettres de noblesse en modifiant les codes de ce genre, concurrencé depuis 1850-1860 par les opérettes. Et effectivement, Feydeau est aujourd'hui le plus connu et joué des auteurs de théâtre de cette époque, et le réprésentant du célèbre "Ciel, mon mari" !

 

Le Dindon, de Georges Feydeau

Ed. Le Livre de Poche

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pom' 01/02/2010 07:57


j'aime beaucoup feydeau, il met souvent en scéne 3 personnages, un couple et l'amant ou la maitresse, c'est classique mais ca plait toujours, si j'ai vu de nombreuses pieces, je n'en ai jamais lu


Yohan 01/02/2010 19:55


C'est la première que je lisais, et j'ai trouvé que c'était relativement simple de s'y retrouver, malgré toutes les entrées / sorties de personnages, etc.


Tamara 07/01/2010 10:44


Il me semble que je l'avais vu sur scène, cette pièce ! (à moins que je confonde avec une autre de Feydeau, il faut dire qu'il y a des ressemblances, hein !) ;-)


Yohan 08/01/2010 19:30



Ce ne serait pas étonnant que tu puisses confondre, car les intrgues de Feydeau, si elles sont souvent très réussies, restent tout de même dans l'ensemble très proche.



Neph 02/01/2010 19:37


Je ne l'ai jamais lu : je ne connais que Feydeau via des représentations scéniques. Je devrais m'y mettre, je sens que je rate quelque chose !


Yohan 08/01/2010 19:28


Je pense tout de même que les versions scéniques sont aiutrement plus riche qu'une simple lecture !


Florence 02/01/2010 16:03


"Pontagnac, ce cher ami !
- Ah, ce bon Vatelin !" ... ;-) 


Yohan 08/01/2010 19:27


- Vous allez bien ?
- ...