Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 19:02

complot contre lamerique

[Billet déjà paru sur Biblioblog] Et si, en 1940, Roosevelt avait perdu les élections présidentielles américaines, battu par un candidat proche des milieux nationalistes et refusant l'entrée en guerre auprès des alliés ? Si ce président avait, par ses actes ou déclarations, fait comprendre qu'il fallait mettre les juifs à l'écart de la société américaine ?

 

Cette hypothèse est le point de départ de ce roman d'utopie historique de Philip Roth. Il imagine qu'en 1940, Charles Lindbergh, aviateur célèbre pour avoir franchi en 1927 l'Atlantique et proche des milieux les plus droitiers du pays, remporte les élections. Dans la famille juive du jeune Philip Roth, cette élection est une catastrophe. Car Lindbergh est connu pour ses rapports amicaux avec le régime nazi, dont il a obtenu des mains de Goering la Croix de l'Aigle Allemand, et pour le peu de cas qu'il fait des persécutions nazies contre les juifs. La période trouble de la présidence Lindbergh sera donc vécue de l'intérieur par la famille Roth, qui vit dans le quartier juif de Newark.

 

Dans la famille, il y a le père, agent d'assurance qui ne supporte pas l'idée de voir Lindbergh à la présidence, et écoute et lit tout ce qui critique le Président et sa politique. Son neveu, qui partage ses idées, s'engage lui dans l'armée canadienne pour aller combattre en Europe, mais revient frustré avec une blessure qui l'a empêché de vraiment défendre ses idées. Il y a la mère, plus effacée, qui tente de sauver les apparences et ne parvient pas toujours à cacher ses peurs, mais dont la sœur Evelyn se rapproche du rabbin Bengelsdorf qui appuie la politique de Lindbergh.


Et il y a surtout les enfants. Sandy, l'aîné, pris sous son aile par la tante Evelyn qui essaie de le soustraire à sa famille, en l'envoyant notamment faire un stage dans le Kentucky. Et Philip, le plus jeune, qui saisit peu à peu les conséquences de la présidence Lindbergh, et qui essaie de défendre coûte que coûte sa collection de timbres.

 

Toute l'intrigue sera vécue par les yeux de Philip. Le fait de vivre les péripéties de la vie d'un jeune garçon apporte beaucoup de légèreté et d'humour à ce texte politiquement sombre. Car bien que jeune, il réalise que ce qui se joue dépasse de loin le seul cadre familial. Les repas de famille sont houleux, et les retrouvailles entre son père et son neveu se finiront même dans le sang. Il ressent également la distance que les non-juifs mettent vis à vis des juifs. Celle-ci est particulièrement sensible lorsque la famille visite Washington. Le voyage était prévu depuis longtemps, et l'arrivée de Lindbergh ne pouvait pas l'empêcher. Mais ils réalisent vite que le fait d'être juif devient un vrai handicap, et qu'on n'hésite plus à leur mentir, à les considérer comme des moins que rien pour les faire partir. Ce qui se traduit par une paranoïa croissante dans la communauté juive, qui se demande si l'exil vers le Canada est nécessaire, et qui se repose sur la mafia locale pour mettre en place des milices de protection contre les descentes de nazis américains. Roth décrit admirablement le climat de tension, de peur qui touche ce quartier de Newark, alarmé par les informations venant des villes voisines.

 

Ce roman est différent des autres ouvrages historiques de Roth, dans le sens où il invente une alternative à l'histoire officielle. Il conserve néanmoins les noms de tous les protagonistes de l'époque, que ce soit le vice-président Wheeler ou le journaliste opposant Winchell qui enthousiasme le quartier juif tous les dimanches soirs. Heureusement, l'auteur a ajouté une biographie des principaux protagonistes, afin que le lecteur démêle à la fin de sa lecture, la vérité historique de la fiction de Roth. Une plongée intrigante dans les États-Unis des années quarante, fiction prenant place entre le New Deal et la chasse aux sorcières de McCarthy et qui montre les angoisses des juifs américains, pleinement intégrés mais rapidement mis sur la sellette par le pouvoir en place.

 

Autre roman de Philip Roth : Un homme

 

Le complot contre l'Amérique, de Philip Roth

Traduit de l'anglais par Josée Kamoun

Ed. Folio

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cachou et Chiwi 26/08/2011 10:59



Je viens de le finir et c'est vrai qu'il a une manière d'aborder les évènements (tragiques) d'un façon innocente avec les yeux d'un Philip de sept ans.


C'est tellement précis que quand j'ai fini le livre je me suis demandé si ça n'avait pas été la vraie histoire.



Yohan 28/08/2011 20:00



Roth est très fort pour faire croire à cette utopie historique. et ce qui est fort, c'est qu'il arrive à raconter cela du point de vue d'un enfant sans être mièvre. Un bon roman !



Choupynette 24/09/2010 23:21



mais, heu, le truc doré.. c'est ce que je pense???



Choupynette 21/09/2010 21:42



dis moi, je n'avais jamais fait attention à la photo avec le livre en haut à gauche... ^^ c'est nouveau??



Yohan 24/09/2010 21:31



Non, ce livre est présent depuis le début, donc bientôt 4 ans. Mais cela prouve qu'il y a toujours des choses à découvrir sur un blog ;-)



Choupynette 20/09/2010 20:04



Je n'ai toujours rien lu de cet auteur quasiment mythique. J'ai cependant ce roman dans ma PAL, le thème me plaît beaucoup ainsi que l'idée d'une réalité alternative.



Yohan 21/09/2010 19:33



Auteur mythique, je ne sais pas, mais très intéressant. Si en plus, il figure dans ta PAL, tu n'as pas d'excuses :-)