Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 22:05

venus-au-phacochere.jpgLa Vénus au phacochère est un titre mystérieux et assez inattendu pour une pièce de théâtre. La Vénus, c'est Misia Nathanson, femme mondaine de la fin du XIXe siècle. Parisienne, amie de Toulouse-Lautrec, de Vuillard ou de Renoir qu'elle invite dans sa demeure bourguignonne, elle vit avec Thadée Nathanson, directeur de la Revue blanche. Tout se déroule paisiblement jusqu'à ce qu'elle rencontre Alfred Edwards, un homme malpoli, rude, déplaisant mais qui saura, à force d'insistance, se faire une place dans la vie de Misia, au point de l'amener à divorcer.

 

Christian Siméon raconte donc une histoire d'adultère et de séparation sur fond de climat de la Belle-Epoque, avec le tout-Paris culturel qui défile. Outre les peintres déjà cités, Alfred Jarry et Sarah Bernhardt sont protagonistes de l'oeuvre. Mais La Vénus au phacochère n'est pas un documentaire historique, c'est une pièce assez palpitante à lire.

 

Il faut dire que Christian Siméon joue sur différents tableaux. Le premier acte est entièrement épistolaire, avec des échanges entre Misia, son mari et sa meilleure amie, modiste qui déteste Thadée. Puis au fil des actes, les échanges de lettres se mêlent avec des dialogues, des rencontres des divers protagonistes. En lisant l'ouvrage, j'ai presque vu la pièce se monter, même si elle demande un travail de mise en scène indispensable pour rendre les échanges épistolaires. Ce mélange des genres est un vrai plaisir à lire et donne vraiment envie de découvrir le texte, souvent drôle et irrévérencieux, sur scène.

voie des indés

 

Livre lu dans le cadre de l'opération Voie des indés, organisée par Libfly.

 

La Vénus au phacochère de Christian Siméon

Ed. L'avant-scène théâtre - collection des quatre-vents

Partager cet article

Repost 0

commentaires