Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 07:21

la-terre-et-le-sang.jpg[Déjà paru sur Biblioblog] Mouloud Feraoun est aujourd'hui un auteur malheureusement oublié. Pourtant, cet écrivain kabyle francophone du temps de l'Algérie française, assassiné en 1962, mérite vraiment qu'une place lui soit faite dans le monde littéraire. Que ce soit pour son premier roman, Le fils du pauvre, autobiographique, ou pour La terre et la sang, plus fictionnel.

 

La terre, c'est celle de la Kabylie et du petit village d'Ighil-Nezman. Là où Amer a grandi aux côtés de ses parents, avant de partir dans les années 10 en France pour tenter de gagner sa vie dans les mines. Il y retrouve d'autres algériens, des membres de sa famille qui l'aide à s'intégrer. Mais après la mort accidentel de son oncle, pour lequel il est soupçonné, il quitte le Nord de la France. Il y retrouve Marie, qu'il a connu petite. Elle est la fille de ses anciens logeurs, et ils décident de partir à deux, lui le kabyle, elle la française, pour Ighil-Nezman.

 

Le retour sur la terre natale, entre les deux guerres, est également la confrontation avec les liens du sang. Les relations de voisinage sont compliquées, chaque famille exerçant à tour de rôle la suprématie dans le village. Et comme toujours dans ces petites communautés, tout se sait. Ainsi, les soupçons qui ont pesé sur Amer sont parvenus aux oreilles de ses oncles, en particulier de Slimane qui tente de faire parler Amer.

 

Quant à Marie, elle se fait appeler Madame par tout le village. Elle trouve petit à petit sa place dans le village, auprès de Kamouma, sa belle-mère, et de Chabha, la femme de Slimane. Mais les querelles villageoises reprennent le dessus, sur fond de difficulté à procréer et à donner un héritier à la famille.

 

C'est donc dans le cadre de ce petit village rural que se noue la tragédie d'Amer. Un peu à la manière d'une pièce classique, hormis le huis-clos même si une grande partie de l'intrigue se déroule dans le village, Amer est pris au piège d'événements qu'il ne contrôle pas. Il essaie de se débattre, de résister à ces forces, ces attractions féminines qui ne pourraient que le condamner, mais il doit se résoudre à céder. De ce fait, sa seule solution est de se cacher, de ne pas montrer ce que tout le monde réprouve, et de faire bonne figure.

 

C'est dans la difficulté du travail ouvrier, puis dans la sécheresse du village que l'histoire d'Amer se déploie. Une vie pauvre, difficile, dans laquelle il ne trouvera pas de consolation. Mais qui malgré tout n'est pas vaine pour tout le monde, Mouloud Feraoun évitant le misérabilisme et l'émotion facile. Un roman qui mérite vraiment qu'on y s'y attarde.

 

La terre et le sang de Mouloud Feraoun

Ed. Points

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aaliz 31/10/2011 18:31



J'avais eu un gros coup de coeur pour ce roman. Mouloud Feraoun écrivait merveilleusement bien. Je n'ai pas encore lu Le fils du pauvre mais ça ne saurait tarder !



Yohan 01/11/2011 20:08



Je te conseille vivement Le fils du pauvre, qui est vraiment un très bel ouvrage.



anjelica 21/10/2011 21:57



j'en parlerai à mon homme il devrait lui plaire 



Yohan 25/10/2011 23:21



Un livre fort sur l'Algérie, l'immigration et le retour au pays.