Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:34

supplication.JPGLe théâtre est parfois l'occasion de faire entendre des messages politiques. C'est le cas pour cette production du Théâtre du Nord, La supplication, qui emmène le spectateur dans l'enfer de Tchernobyl. La pièce, montée par Stéphanie Loïk d'après un texte de Svetlana Alexievitch, donne à entendre les paroles de différents acteurs, malgré eux, du drame nucléaire soviétique.

 

D'abord, ce sont les habitants, installés là depuis longtemps (voire toujours), qui racontent leur vie : celle d'avant la catastrophe, celle qui a été transformée suite à l'explosion de la centrale. Puis ce sont les soldats qui prennent la parole. Eux sont arrivés là forcés par le pouvoir. Après la guerre en Afghanistan, ils ont été envoyés en Ukraine pour participer à la construction du sarcophage censé éviter les fuites radioactives. Les témoignages sont divers mais nombre d'entre eux expriment la fierté et le sens du devoir qui ont guidé leur action. Enfin, ce sont les survivants qui parlent : ceux qui ont perdu leurs famille suite aux effets radioactifs, ceux qui ont eu de difficultés à avoir des enfants, ceux qui sont venus se réinstaller dans la région, même si la ville la plus proche de la centrale est restée une ville morte.

 

C'est un texte très fort, très poignant qui est est ici mis en scène. Malheureusement, le procédé de narration est un peu systématique (chacun des 14 comédiens a son moment de bravoure, mais il faut dire que ce spectacle est joué avec des élèves de l'école de théâtre du Théâtre du Nord, d'où ce choix). Toutefois, Stéphanie LoÏk a eu une excellente idée de mise en scène : les 14 sont constamment sur scène et jouent toujours, même quand les autres parlent. Surtout, certaines scènes collectives, très bien chorégraphiées, sont absolument magnifiques à voir. De même, les quelques passages chantés (de très beaux chants choraux) sont vraiment poignants. Du coup, malgré quelques réserves (notamment sur la durée, deux heures), je trouve que ce spectacle est très intéressant à voir et permet d'entendre les voix de ceux qui ont subi au plus près les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Et comme il est dit à la fin du spectacle, la catastrophe de Fukushima montre qu'on n'a pas pris en compte tous les enseignements de Tchernobyl...

 

Spectacle qui sera en tournée à Paris (en novembre au théâtre de l'Atalante) puis à Arcueil (Le lieu de l'autre, début décembre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires