Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 18:50

princesse de montpensierAprès une incursion dans le bayou de la Louisiane, Bertrand Tavernier renoue avec un genre qu'il affectionne : celui du film historique en costume. Pour son dernier film, il a pris comme point de départ le nouvelle de Mme de Lafayette, La Princesse de Montpensier, qui nous plonge à la fin du XVIIe Siècle, en plein cœur des guerres de religion.

 

Avant de se marier, la Princesse était promise au frère d'Henri de Guise, jeune homme fougueux et prompt au combat. Le souci, c'est qu'elle aime Henri, et non son frère. Mais des arrangements entre deux familles mettent à terre cette union : elle épousera finalement le Prince de Montpensier, et s'installe dans son château. Ce dernier charge le comte de Chabannes, ancien combattant des rangs protestants, de prendre soin d'elle alors qu'il part combattre aux côtés des catholiques. La Princesse s'instruit donc auprès de cet homme sage, et ne se doute pas que les passions amoureuses autour d'elle se déchaînent : elle se trouve au carrefour de quatre ambitions, qui ne peuvent cohabiter.

 

Bertrand Tavernier revient donc à un genre qu'il prise, et il le fait fort bien. Sur un sujet qui pourrait être complexe (les querelles entre protestants et catholiques, les luttes amoureuses de combattants qui sont finalement tous dans le même camp, hormis Chabannes qui a quitté la lutte armée), il réussit à donner un élan, un souffle et à décrire les tourments de ces jeunes gens avec beaucoup de brio.

 

Il s'appuie pour cela sur les décors magnifiques autour d'un château perdu entre Cantal et Aveyron (château de Messilhac, qui domine effectivement cette très belle vallée du Carladès), sur les combats qu'il arrive toujours à très bien chorégraphier, loin des standards actuels faits d'images de synthèse et de sang giclant. Ici, c'est la boue, des manières de tuer peu conventionnelles, et la rage de ces hommes qui se haïssent sans se connaître.

 

Surtout, il a pour lui un groupe d'acteurs qui donnent chacun une couleur spécifique à leur personnage, et qui existent donc. Mélanie Thierry, que je connaissais pas, est assez épatante dans le rôle de cette princesse : parfois espiègle, parfois tourmentée par un amour qu'elle désire mais que la convention lui refuse, elle porte brillamment sur ses épaules ce très beau rôle. A ses côtés, Grégoire Leprince-Ringuet est un mari de tragédie, un homme profondément jaloux et blessé par les regards que les autres portent sur sa femme. Les autres, ce sont Gaspard Ulliel, tout en bestialité et animalité en Henri de Guise, et Raphaël Personnaz, ambigu à souhait, entre autorité et affection, dans le rôle du Duc d'Anjou, futur Henri III après la mort du roi Charles IX.

 

Enfin, il y a Lambert Wilson, qui incarne merveilleusement Chabannes, cet homme meurtri par un assassinat qu'il a commis sans le vouloir, et qui a choisi de quitter une guerre qu'il ne comprend pas. Il s'éprend de la Princesse, et sacrifie son amour au bonheur de cette dernière. Homme savant, intègre, il incarne la raison face à la fougue et la démence de la jeunesse. Mais son altruisme finira par le perdre.

 

Sur une histoire universelle, Tavernier signe donc un très beau film historique. Les costumes et les décors sont d'ailleurs à souligner, car ils rendent parfaitement l'ambiance de cette fin de Renaissance, de cette période de trouble entre le faste de François 1er et les débuts de l'absolutisme avec la dynastie des Bourbons. Hormis l'affiche, qui ne lui rend pas vraiment hommage, il n'y a rien à enlever au film : il est intelligent, sensible et émouvant. La Princesse de Montpensier est vraiment une œuvre à découvrir.


Autre film de Bertrand Tavernier : Dans la brume électrique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nina 19/01/2011 23:11



Moi aussi j'ai franchement beaucoup aimé ce film, j'ai lu la nouvelle avant d'aller voir le film et j'ai préféré le film, Tavernier a su lui donner de l'ampleur.



Yohan 24/01/2011 18:01



Je n'ai pas lu  la nouvelle en question (c'est pourtant prévu), mais c'est vrai que le film de Tavernier est une très belle réussite.



francdorian 09/12/2010 14:33



Il me plait de lire dans quelques commentaires que la diction de certains acteurs est loin d'être au top. C'est d'ailleurs un genre qui se généralise un peu trop à mon avis, c'est fort dommage
car on perd du texte et ce texte est magnifique... Un excellent film comme on les aime. Bertrand Tavernier confirme et signe : il a un talent fou ! On l'aime.



Yohan 10/12/2010 17:12



C'est marrant, je n'éprouve pas ce sentiment quant à la diction des acteurs. Surtout au cinéma, où la diction est selon moi moins importante qu'au théâtre. Mais sinon, c'est effectivement un
grand film !



Véranne 05/12/2010 10:20



C'est un film qui m'a donné un tonus d'enfer en sortant...  Au début effectivement j'ai trouvé que les acteurs avaient du mal avec le texte, qui leur embarrassait la langue, mais ensuite la
diction trouve son rythme, tout comme le reste de l'action. Ce film allie les qualités des grandes épopées (genre "Autant en emporte le Vent") avec une finesse de traits, ue délicatesse qui
enchante. Et quelle sensualité...



Yohan 08/12/2010 20:00



Rien à ajouter. Ce film est pour moi une des grandes réussites de cette année, car Tavernier donne une nouvelle ampleur au genre du film en costume.



Choupynette 25/11/2010 09:27



Toujours pas vu, mais c'est dans les projets ciné, avec Potiche.



Yohan 28/11/2010 13:27



Deux bons films à voir en ce moment !



Marimile 23/11/2010 16:43



OUI,je confirme, La Princesse de Montpensier est un film remarquable,à la fois film de cape et d'épée sans les conventions attachées au genre, et fine analyse des sentiments amoureux.Visuellement
'c'est superbe,un seul bémol:la diction parfois défaillante de certains des jeunes acteurs.Lambert Wilsonest au-dessus du   lot, mais j'ai beaucoup aimé aussi le personnage du duc
d'Anjou. Au total, une réussite.



Yohan 23/11/2010 19:04



Je n'ai pas été gêné par la diction des plus jeunes, maiis il est vrai que Lambert est un cran au-dessus. Il impose sa présence, son charisme, et piquerait presque la vedette à ses camarades de
jeu. Mais l'ensemble est finalement très réussi. Tavernier est épatant !