Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 07:30

Les romans familiaux sont un véritable genre en soi. Pour son premier roman, Anne Berest se lance dans la description d'une famille que le soupçon d'un secret va mettre à l'épreuve.

 

la-fille-de-son-pere.jpgLa famille en question, c'est celle de la narratrice. Cadette d'une fratrie de trois soeurs, elle entretient des liens parfois compliquées avec son père et surtout avec Catherine, sa belle-mère. Les fêtes comme les anniversaires ou les réveillons sont des occasions pour que tout le monde se rassemble, même si ces repas donnent parfois l'impression d'être des passages obligés.

 

Ces habitudes, que chacun perpétue tant bien que mal, sont bouleversés par une phrase prononcée un soir par Catherine, en colère. Elle laisse entendre qu'une des filles pourrait ne pas être la fille de son père. Pour Irène, l'aînée, c'est le début du doute et de la recherche de celui qui pourrait être son père. Est-ce cet avocat qui fréquentait sa mère avant qu'elle ne rencontre son père ? Seule, elle n'arrive pas à surmonter cette épreuve et s'appuie sur sa soeur cadette.

 

C'est par les yeux de cette dernière que le lecteur va suivre cette quête du père. Mais la narratrice est touchée par un autre drame. Mathieu, l'homme qu'elle fréquente et qu'elle ne voit que de temps à autre, est victime d'un accident mortel. Elle n'avait pas été présentée à la famille de Mathieu et devient donc une intruse au moment où la famille doit affronter le deuil. Elle est dans la position inconfortable de celle qui souffre mais qui ne peut dire à personne sa souffrance, ni soulager celle des autres.

 

L'ouvrage d'Anne Berest est un beau roman. Si l'intrigue repose finalement essentiellement sur les épaules de la narratrice qui vit deux drames familiaux simultanément, elle est rendue par une écriture très touchante. Sans fioritures inutiles ou pathos larmoyant, elle décrit très bien les difficultés rencontrées par Irène, Catherine ou la mère de Mathieu. Certes, ce n'est pas un roman qui reste un tête, mais c'est une très belle lecture sur une tranche de vie, entre quotidien et événements extraordinaires.

 

La fille de son père d'Anne Berest

Ed. du Seuil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hermine 27/06/2012 20:41


Bien aimé ce roman,  rapide certes , mais à l'écriture limpide et forte qui m'a touchée , comme m'avait beaucoup touchée celle de Mauriac dans le sagouin. Un petit moment de lecture très agréable....

Yohan 01/07/2012 21:48



Content que tu aies aimé. Décidemment, nos lectures se recoupent beaucoup !