Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 07:58

cathedraleLa cathédrale est le lieu d'une rencontre inattendue et improbable, entre un architecte autodidacte de la banlieue de Madrid qui construit seul cet édifice, et un jeune homme qui fuit la France après la mort de sa mère. Parti pour quelques jours, il y reste finalement beaucoup plus longtemps que prévu, intrigué et fasciné par cette construction anarchique qui défie les lois de l'architecture.


La raison du départ du héros, c'est la mort de sa mère, ou plus précisément l'euthanasie de cette dernière. Il lui a donné le coup de pouce pour mourir, sans que personne d'autre ne le sache autour de lui, même pas son père. La figure du père traverse tout le roman, et elle représente tout ce que le jeune homme a décidé de quitter pour quelque temps. Il sait qu'il doit l'appeler, pour qu'il ne s'inquiète de cette escapade espagnole qui dure, mais ne parvient pas à nouer le contact avec lui, resté en Lorraine.


Car le héros s'éprend de la vie monacale de Fernando, qui consacre tout son temps à la construction de cette cathédrale, hormis le dimanche. Il retrouve également Nadja, jeune femme avec qui il a eu une relation quelques années plus tôt, et qui vit à Madrid. A trois, ils vont se battre pour que Fernando puisse continuer son oeuvre, car ils sont certains qu'il y a du Gaudi dans ce que construit le vieil homme.


Après la rencontre, c'est le temps de la lutte entre les trois héros, et le maire du village, communiste, qui souhaite que Fernando paie ses arriérés d'impôts, sinon, il détruit l'édifice. On entre là dans un roman qui évoque don Camillo et Peppone, la lutte entre les croyants et les communistes, mais avec l'aspect humoristique en moins. Cette partie du roman, moins mystique que la première, est assez réussie et plutôt prenante.


L'histoire de cette cathédrale et celle de son bâtisseur est vraie. Fernando s'appelle Justo Gallego Martinez et il travaille à Mejorada del Campo, dans la banlieue madrilène. Le dernier chapitre est d'ailleurs consacré à cette histoire, avec l'historique. Si je comprends la volonté de l'auteur de rendre hommage à l'homme qui a inspiré le personnage de Fernando, je trouve le procédé assez maladroit. On sort à peine de la fiction, qu'on se retrouve plongé dans la réalité, avec ce chapitre documentaire. D'ailleurs, cet aspect encyclopédique se sent parfois dans le roman, notamment par la description d'autres œuvres architecturales surprenantes.


masse-critique-babelio.jpgMais, malgré ces petites réserves, l'ensemble se lit de manière très agréable, et l'histoire de Fernando et de ses amis mérite d'être découverte. Le roman d'Olivier Larizza est une bonne introduction au sujet, et permet de passer un moment avec ce personnage hors du commun.

 

La cathédrale, d'Olivier Larizza

Ed. Orizons

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeg 08/05/2011 13:10



Pour en savoir plus sur le roman La Cathédrale, sur Olivier Larizza et sur les autres ouvrages qu'il a publiés, vous pouvez visiter son site officiel à l'adresse : www.olivier-larizza.com/


Cordialement.


Jeg


 



Yohan 12/05/2011 19:14



Merci pour ce lien, j'ai déjà été voir le site de l'auteur.