Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 18:25

illusionisteSylvain Chomet revient, après les débridées et jazzies triplettes de Belleville, avec un nouveau film d'animation d'un tout autre genre. Fini les envolées musicales et l'histoire abracadabrante, voici le temps de la mélancolie et de la rencontre avec Jacques Tati.

Le scénario mis en image par Chomet est une idée de Tati. Il y a parle de ses débuts en tant qu'artiste de music-hall. A Paris, il monte des spectacles de magie dont la vedette est un lapin carnivore. Pour diverses raisons non vraiment expliquées, il décide de quitter la France et de montrer son spectacle outre-manche. Après une tentative londonienne ratée, il se rend en Ecosse. Là, il y trouve des lieux pour jouer, et fait la rencontre d'une jeune fille qui va le suivre dans sa vie de saltimbanque...

Le rythme du film de Chomet est assez lent. Les scènes prennent leur temps, comme le grand échalas qui évoque irrémédiablement Mr Hulot. Beaucoup de spectateurs semblent être sortis déconcertés de ce film, notamment à cause de cette lenteur. Pour ma part, je trouve qu'elle participe pleinement à cette mélancolie tenace qui parcourt tout le film.

Le magicien n'est pas un personnage gai ou heureux. Il ne sourit que rarement, et sa vie se passe dans des salles presque vides où il prend la suite d'un groupe de rock à la mode. Toutes les péripéties qu'il rencontre sont dans cette veine de résignation, de laisser-aller face à un monde auquel il n'est pas forcément adapté, mais dans lequel il tente de s'installer. Son échec en tant qu'artiste ne le brise pas, il devient concierge dans un parking ou magicien dans la vitrine d'un magasin, et tente de s'en sortir.

Autour de lui, la jeune fille fait figure d'espoir. Jeune ingénue, ne se rendant pas forcément compte des réalités, elle prend tout ce que lui offre le magicien comme des cadeaux tombés du ciel, sans réaliser les efforts qu'il a fourni pour les lui offrir. C'est la pointe de légèreté, de naïveté, qui est un contrepoint salutaire au personnage lunaire et perdu du magicien. Surtout que ses camarades saltimbanques, le clown ou le marionnettiste ventriloque, sont encore plus désespérés que lui.

Sylvain Chomet signe donc un film très beau graphiquement, avec des scènes de trains traversant des ponts ou des plans d'Édimbourg magnifiques. Le sujet est lui assez sombre, très triste en somme, sur un monde d'artistes condamnés à disparaître car trop éloignés de la société dans laquelle ils vivent. Et cette tristesse, cette mélancolie, sont parfaitement rendues  par la lenteur de la narration et les choix de mise en scène. A voir en sachant qu'on ne rira pas forcément beaucoup...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Titine 12/07/2010 11:50



J'avais beaucoup aimé "Les triplettes de Belleville" mais je n'ai pas accroché avec celui-ci. J'avoue m'être un peu ennuyée car j'ai trouvé l'histoire trop répétitive et contrairement à toi je
trouve la jeune fille agaçante ! Sinon je te rejoins complétement sur la beauté graphique de ce film, c'est une splendeur.



Yohan 04/08/2010 22:20



La lenteur du film ne m'a absolument pas gêné. On est dans un récit contemplatif, qui vaut plus pour l'ambiancce que pour l'action. Comme beaucoup de romans, finalement !



Reno 12/07/2010 10:10



Ton article est très juste. C'est tout à fait ce que j'ai ressenti durant la projection de ce film.



Yohan 04/08/2010 22:19



Merci, et bienvenu par ici !



la librivore 11/07/2010 22:56



J'ai adoré ce film. J'ai été subjuguée par la beauté des images, la tendresse, la mélancolie qui donnent ce rythme un peu lent, mais qui se marie parfaitement à la contemplation.



Yohan 04/08/2010 22:18



Je ne suis pas forcément aussi enthousiaste que toi, mais ce film m'a également touché, et mérite mieux que les critiques mitigées qui l'ont accompagné.