Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:52

Laffaire WinstonDe la seconde guerre mondiale, nous connaissons beaucoup de lieux sur lesquels se sont déroulés les combats : France, Angleterre, URSS, Afrique du Nord, Hawaï, Pearl Harbor, Pacifique. Mais la guerre menée en Birmanie de 1942 à 1944 est beaucoup moins connue. C'est ce cadre que choisit Howard Fast pour y implanter l'intrigue de ce roman, entre polar et chronique judiciaire, et surtout dans une ambiance poisseuse et hostile.

 

L'histoire, c'est celle de Charles Winston, officier américain accusé d'avoir tué un officier anglais. Le nom du meurtrier ne fait de doutes, et les autorités militaires souhaitent s'emparer de cette affaire pour faire condamne Winston de manière exemplaire et ainsi  réchauffer les relations américano-britanniques. Pour que Winston soit condamné au procès, il faut tout de même donner l'illusion qu'il a eu lieu dans les formes. Un avocat est donc nommé  pour défendre Winston : le capitaine Barney Adams. Mais ce dernier va prendre des initiatives inattendues, qui font que le procès prend une direction qui ne plait pas trop à la hiérarchie.

 

Fast signe un roman assez original, avec ce roman. En suivant Adams, l'avocat, de sa nomination pour la défense de Winston à la conclusion du procès, le lecteur découvre à la fois l'enquête menée avec ses interrogatoires, le procès avec le tribunal militaire, mais aussi une plongée dans les petites villes de garnison de Birmanie, où les soldats tentent de survivre en attendant des jours meilleurs.

 

J'ai assez peu connaissance de romans mettant en scène des procès. Si le genre est assez fructueux au cinéma ou à la télévision (Philadelphia, par exemple, ou les séries se passant dans des tribunaux), il me semble un peu délaissé en littérature. Il faut dire que chez Poirot, on ne s'embarasse d'un tribunal pour désigner le coupable. Pourtant, Fast montre que le genre peut être passionnant en littérature. En mettant ici en scène Winston, un homme que tout accuse, qui s'accuse lui-même, mais que Adams pense fou et donc non condamnable, il arrive à tenir une tension pendant l'ensemble de l'ouvrage.

 

L'autre point passionnant est cette plongée dans le tribunal militaire. Chacun est pétri de certitudes, et tous sont prêts à juger de manière expéditive Winston. Puis, les failles apparaissent, certains témoignages apportent le doute, et on voit chacun vaciller. Un peu à la manière de Douze hommes en colère, où Henry Fonda parvient à instiller le doute dans un jury populaire.

 

Décidemment, Howard Fast est un auteur épatant. Sylvia était un roman noir passionnant, et cette plongée en Birmanie se révèle tout aussi palpitante. Un auteur à découvrir.

 

L'affaire Winston, de Howard Fast

Traduit de l'anglais par Charles Meaux

Ed. Les Belles Lettres - Le Cabinet Noir

Partager cet article

Repost 0

commentaires