Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 16:21

Le dernier opus de Claude Miller, réalisé avec son fils Nathan, est une très belle réussite. Ce film est surprenant de la part de ce réalisateur, non pas par le thème, mais plutôt par le traitement cinématographique, réaliste, avec des inclinations vers le film social sans y plonger (mais peut-être que je connais mal le travail de Miller). En tous cas, c'est réellement une belle surprise.


Thomas a eu une enfance délicate. Abandonné par sa mère à 5 ans avec son frère cadet Patrick , il a été élevé par des parents adoptifs. A 12 ans, connaissant son passé, il tente de le reconstituer, contre l'avis de ses parents. Il décide alors de retrouver sa mère génétique. Elle a refait sa vie, a un nouveau fils, Frédéric, et vit avec un homme dans une tour de la banlieue parisienne. Il la rencontre, mais les retrouvailles s'arrêtent là. Un peu plus tard, alors que les relations avec ses parents se sont normalisées,Thomas revoit sa mère et va rapidement se rapprocher de cette famille à laquelle il n'appartient pas vraiment...


Inspiré d'un fait divers relaté par Emmanuel Carrère, ce film (scénarisé par Alain Le Henry) est l'occasion pour Miller père et fils de s'attaquer à un sujet complexe, et ce avec beaucoup de maestria : l'adoption. Thomas est un jeune homme blessé. Raillé par ses camarades de collège, il décide à douze ans de faire exploser la réalité : retrouver sa mère, dévoiler à son frère qui a été rebaptisé qu'il a été l'objet d'une adoption,... En s'opposant à ses parents adoptifs, il les renvoie à leur actions en tant qu'adoptants, ce qu'ils ont du mal à accepter. Le père adoptif, refusant cette remise en cause sombre dans un état dépressif, qui le fait passer de maison de repos en maison de repos.


Le film repose sur plusieurs points très intéressants. Le premier concerne la narration, déconstruite. La chronologie n'est pas respectée, et on suit Thomas à travers les trois âges importants de sa vie : son abandon, sa révolte et sa première rencontre avec sa mère, la vie qu'il passe avec elle et son demi-frère. Le scénario est habilement construit pour ne jamais perdre le spectateur, et apporte une dimension supplémentaire à ce fait divers.


Le second point fort est celui du point de vue. Thomas est le centre du film, celui par qui passe toutes les actions. C'est un jeune homme rongé par cette histoire d'adoption, qui ne semble vivre que par ce prisme. Il met sa vie personnelle entre parenthèses (en particulier sa vie amoureuse) pour se concentrer sur la vengeance qu'il veut exécuter. Mais à travers lui, on découvre toutes les réactions opposées que peuvent occasionner ses actions. Celles des parents, avec un père qui tombe dans la dépression et une mère qui surmonte les épreuves par le travail. Celle de son frère Patrick, qui refuse toute référence à sa mère, et qui collectionne les conquêtes féminines. Et puis il y a bien entendu cette mère qui a abandonné ses enfants, qui semble totalement déconnectée des réalités. Surtout, c'est un individu froid, un être qui n'exprime pas ou peu de sentiments. Ainsi, lorsqu'elle revoit Thomas pour la première fois, elle ne paraît aucunement affectée par ce retour. Pour elle, Thomas constitue une main d'œuvre supplémentaire pour s'occuper du petit dernier, rien de plus.


Enfin, le dernier point fort tient aux acteurs, très bons. Vincent Rottiers, que je découvre avec ce film, est très crédible dans ce rôle d'écorché, de même que Sophie Cattani, la mère génétique, et Christine Citti, la mère adoptive. J'ai également une tendresse particulière pour les enfants qui jouent Thomas et Patrick tous petits. Ils sont extrêmement naturels, signe que la direction d'acteurs est au niveau.


Je suis heureux que ma mère soit vivante est donc un très bon film, sorti il y a déjà un moment, mais que je vous conseille vivement. Même si une scène est un peu difficile (cela devient une habitude ici), il vaut vraiment le déplacement !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck Bellucci 30/10/2009 10:18


En effet, j'ai vu "Mademoiselle Chambon" et j'ai adoré. Un film sensible, courageux, plein de grâce et servi par deux grands acteurs...


Yohan 03/11/2009 12:11


Content de voir que mon conseil était justifié !


Emeraude 28/10/2009 21:34


j'avais eu envie de le voir en voyant les bandes annonces mais malgré tout le bien que tu en dis, je ne sais pas pourquoi mais j'ai le sentiment que finalement, c'est trop dur...


Yohan 28/10/2009 23:36


Tu aurais dû rester sur ta première impression, car hormis une scène un peu violente, le reste est vraiment prenant et captivant. Un peu triste, c'est sûr, mais pas forcément dur. Enfin, c'est à
toi de voir...


Franck Bellucci 28/10/2009 12:32


Bon, encore un film à ajouter à la liste de ceux qu'il me faut voir et qui sont nombreux en ce moment... Mais c'est plutôt bon signe pour la santé du cinéma, n'est-ce pas ?


Yohan 28/10/2009 23:35


Oui, c'est vraiment un film à ajouter (Si tu en veux un autre, il y a Mademoiselle Chambon, de Stéphane Brizé, qui est également très réussi).Pour le cinéma français, je ne m'inquiètes pas trop,
même si les sorties des derniers jours (Lucky Luke, Cinéman) ne me font pas vraiment envie (j'attends Resnais, en fait !)