Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:53

Je-n-ai-rien-oublie.jpgConrad (Connie pour les intimes) est un peu gênant pour ces mêmes intimes : personnage très nature, un poil demeuré, il fait souvent des apparitions au moment où on souhaite qu'il ne soit pas là. Après avoir mis le feu à la maison de Trouville de Thomas, son ami d'enfance qui l'emploie et l'aide, il déboule sans crier gare au mariage de son fils, Philippe. Elvira, la matriarche, ne supporte plus cet homme encombrant. Mais l'état de santé de Connie se dégrade : il perd ses facultés, et la mémoire. Malheureusement pour Elvira, les souvenirs les plus anciens reviennent de plus belle.

 

Adapté de Small world, roman de Martin Suter, Je n'ai rien oublié me laisse une impression de film du dimanche soir : pas extraordinaire, un peu facile, qui se voit sans grande difficulté. La faute à un scénario bancal, à un film qui ne choisit jamais entre chronique d'une déchéance physique et mentale, mélodrame (entre Connie et Elisabeth, l'ex-femme de Thomas) et drame familal dans la bourgeoisie industrielle.

 

Du coup, chacun des genres est traité un peu rapidement, et l'ensemble est assez peu convaincant. En témoigne la scène de la révélation, qui consiste en un monolgue d'Elvira dans sa voiture, alors que la scène d'explication avec son fils est gentimment écartée (et c'est bien dommage). De plus, le montage des scènes est tellement appuyé que l'écran semble crier "Attention, regardez, ce que vous allez voir a de l'importance".

 

Pourtant, le film est plaisant, car le casting réuni par Bruno Chiche est réussi. Outre le petit rôle de Yannick Rénier  (que j'apprécie toujours), on retrouve Françoise Fabian en bourgeoise qui tient la maison d'une poigne de fer, son emploi d'actrice. A ses côtés, Niels Arestrup est un Philippe alcoolique, délaissant sa famille sans scrupule, et Depardieu un malade lunaire, très juste notamment dans la scène au supermarché. La découverte c'est Alexandra Maria Lara, et il est dommage que le personnage de Nathalie Baye (Elisabeth) soit sacrifié, car il aurait mérité plus de place.

 

Une nouvelle fois, un film français se déroule dans un milieu bourgeois, ici issu de l'industrie de l'acier. Thème en vogue actuellement, puisque dans un autre genre, c'est le milieu décrit par Potiche, mais aussi celui de Rapt, de Lucas Belvaux, ou même de l'Arbre et la forêt, de Ducastel et Martineau (avec pour ces deux derniers la présence de Françoise Fabian au générique). Et plus proche, c'est aussi un peu l'ambiance d'Avant l'aube, avec le personnage de la belle-fille qui a un parcours parallèle dans les deux films, et une mère jouée là par Ludmila Mickael. Le cinéma français, à la suite de Chabrol, s'intéresse donc assez au milieu bourgeois, signant souvent des intrigues tournées autour du mensonge, de l'apparence. Je n'ai rien oublié n'est pas la description la plus réussie, mais participe à cet ensemble d'oeuvres traitant de la bourgeoisie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laetitia BERANGER 18/04/2011 09:32



Le livre "Small World" est dans ma bibliothèque depuis plusieurs années. La sortie du film me rappelle qu'il faut absolument que je le lise ! Et ton billet m'indique qu'il ne sera pas nécessaire
de passer par la case ciné pour ce titre. Mais de toutes façons, à part quelques exeptions, les adaptations de livres sur grand écran, hein !



Yohan 19/04/2011 18:29



J'avoue que je n'avais spécialement entendu parler du livre, et c'est un peu par hasard qu'on a vu ce film (on voulait voir autre chose, mais le Sortir de Télérama était faux !!! Enfer et
damnation). Ville plaisant, mais si tu as l'intention de lire le livre, je te conseille de le faire au préalable !