Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:38

[Billet déjà paru sur Biblioblog] Si, par le biais de ce titre, vous pensez trouver un essai sur la mondialisation et l'unification des goûts vinicoles, vous ne trouverez certainement pas votre bonheur. En revanche, si vous êtes d'humeur vagabonde, prêt à aller baguenauder en Italie du sud, dans la province du Basilicate, en compagnie de personnages attachants aux destinées assez improbables, vous serez servis.

 

Riccardo Fusco est un intellectuel, qui ne réussit pas à trouver un éditeur pour sa thèse consacrée aux oies. Son épouse est artiste, directrice d'un théâtre, et elle n'hésite à mêler les relations professionnelles et les relations intimes. Ce qui a le don de mettre en colère Ricardo. Enfin, en colère, c'est vite dit, car ce n'est pas vraiment un sanguin. Pour se changer les idées, il décide de rendre visite à un ancien ami, Djacendre, qu'il n'a vu depuis longtemps. Cet ami, que Riccardo pensait être comme lui en galère, a trouvé un bon filon : un ancien de leurs camarades, Graziantonio Dell'Arco, est devenu l'un des hommes les plus riches d'Italie, et a embauché Djacendre. Ce dernier propose à Riccardo de travailler avec lui, en particulier pour lancer un vin avec lequel Dell'Arco veut faire fortune : l'Aglianico.

 

Ce résumé, qui peut déjà paraître long, ne concerne que la toute première partie du roman. Car tous les personnages, Riccardo, Djacendre, Dell'Arco, mais aussi le rival vinicole toscan ou une œnologue américaine vont vivre, tout au long des pages, des aventures absolument rocambolesques. Il ne faut certainement pas chercher ici du réalisme dans ce qui est conté, car que ce soit la fortune de Dell'Arco qu'il construit sur des arnaques, ou l'histoire d'amour tumultueuse et passionnée que Riccardo (re)vit avec un ancien amour sont loin de tous les cadres habituels du roman réaliste.

 

Mais une fois accepté ce postulat d'outrance et d'excès, quel plaisir de lecture que ce roman ! Les personnages se croisent, se rencontrent, leurs relations sont démesurées, on découvre à la fois leur présent et leur passé, par exemple, comment les brimades de l'enfance de Dell'Arco l'ont poussé à devenir l'homme qu'il est. Ce foisonnement de situations, loin de perdre le lecteur, crée un univers dans lequel il plonge, découvrant avec délectation les relations guindées des hommes riches d'Italie et leur orgueil qui les pousse dans leurs derniers retranchements. L'intrigue est loin d'être linéaire, elle ne cesse de bouger, l'attention étant portée sur l'un ou l'autre des protagonistes.

 

Ce qui est assez frappant et très réussi, c'est que le fond s'allie à la forme. Gaetano Cappelli écrit par le biais de longues phrases, pleines d'incises et de digressions. Son écriture n'est pas sophistiquée, mais elle s'adapte aux pérégrinations complexes des personnages. Malgré quelques transcriptions de discussions paysannes un peu trop appuyées (des "g" ponctuent de nombreux mots, pour marquer l'aspect campagnard des personnages), l'ensemble est d'une lecture très fluide et se révèle extrêmement prenant. Un très bon roman pour s'évader et se divertir, avec une histoire sans prétention mais qui fera nécessairement naître plusieurs rires ou sourires au cours de la lecture.

 

Les avis de Amanda et de Yv

 

Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde, de Gaetano Cappelli

Traduit de l'italien par Catherine Siné

Ed. Métailié

Partager cet article

Repost 0

commentaires