Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:19

illegalTania élève seul son fils, Ivan. Tania est clandestine, venue de Russie sans papiers. Elle a un travail, chef d'équipe dans une société de nettoyage, et oblige son fils à parler français. Le jour de son anniversaire, elle fait une entorse au règlement, et ils parlent russes en descendant du bus. C'est le moment que choisissent deux flics pour demander les papiers de Tania. Ivan parvient à s'enfuir, et débute pour elle un long calvaire : le séjour en centre de rétention, tiraillé entre son envie de protéger son fils et sa volonté de ne pas céder face aux menaces policières...

 

Illégal, d'Olivier Masset-Depasse, ne révolutionne pas les films sur les sans-papiers et sur la traque dont ils sont victimes. Même si pour nous, Français, il montre  qu'Hortefeux et Besson ont bien des collègues qui font le même sale boulot en Belgique. La  vie de Tania est tout ce qu'on peut imaginer de dégradant pour un être humain : une séparation d'avec la famille, avec laquelle on ne peut renouer que par téléphone à condition d'avoir fait quelques corvées, des interrogatoires policiers qui tentent de faire parler Tania. Toutes les scènes dans le centre de rétention sont emplies d'une tension incroyable. Les amitiés qui se tissent ne sont pas immédiates, et on découvre même les propos racistes des certains détenus envers d'autres. Le personnage de Lieve, la gardienne incarnée par Christelle Cornil, apporte un regard autre sur ce milieu, celui de ceux contraints de faire ce métier pour donner à manger à  leur enfant. Mais si certains tiennent le choc, d'autres ne peuvent soutenir la violence qu'ils rencontrent.

 

Mais les scènes les plus fortes sont finalement celles où on tente de faire monter Tania dans l'avion. Même si elle est accompagnée par une psychologue et une caméra qui filme toutes les étapes, la pression psychologique est insoutenable pour elle. Et quand elle arrive à ne pas être explusé, avec l'aide des passagers de l'avion, elle devient la cible de la rancoeur des flics qui n'ont pas réussi à renvoyer cette étrangère dans son pays.

 

Le film est porté à bout de bras par Anne Coesens, formidable de justesse de bout en bout. Illégal dresse un portrait sans concession sur le monde des centres de rétention, que ce soit du côté des détenus ou des gardiens, et m'a laissé assez déconfit une fois sorti du cinéma. Car même si on se doute de ce que vivent tous ceux qui tentent de rester en Occident en dépit des lois, le voir sur grand écran fout les boules. Et on se dit qu'être européen de l'ouest aujourd'hui, même si on n'en est pas toujours fier, est très confortable. Mais le jour où l'occident sera dépassé et que nous devrons frapper aux portes des voisins plus riches, il ne faudra pas s'étonner s'ils nous traitent comme des bêtes...

 

L'avis de Pascale.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Voyelle et Consonne 24/10/2010 08:53



Je vais essayer d'aller le voir... avant qu'il ne disparaisse de l'affiche. En Belgique, les films belges ont une très courte carrière...



Yohan 02/11/2010 17:57



Malheureusement, la durée de vie n'est pas beaucoup plus longue en France. Mais c'est un film à voir, vite !