Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 17:02

et-soudain-tout-le-monde-me-manque.jpgJustine est une jeune fille qui tente de construire sa vie. Employée comme manipulatrice radio, elle occupe le salon de sa soeur, et sa vie amoureuse est un peu tourmentée. Mais le plus compliqué, c'est sa relation avec son père, Eli. Car il est intrusif, notamment auprès de ses petits amis, mais surtout totalement égoïste. La cerise sur le gâteau, pour elle, c'est l'annonce de la grossesse de la femme de son père. Justine essaie donc de construire sa vie, et de la rediriger vers les choses qui comptent vraiment.

 

Voilà un film pleins de bons sentiments, et peut-être un peu trop plein, d'ailleurs. Le personnage de Justine (Mélanie Laurent), jeune fille installée dans son métier mais en précarité sur d'autres points, est assez intéressant, car bancal. Jeune fille toujours en déséquilibre, qui cherche un échappatoire dans la création artistique, avec la radiographie d'objets du quotidien.

 

Sa relation avec son père est complexe. Elle a souffert de son absence, de sa distance et de son intrusion. Un père d'ailleurs tout à fait désagréable, antipathique, ce que rend parfaitement Michel Blanc. La galerie des personnages secondaires est assez intéressant, mais manque un peu de profondeur, en particulier celui de la soeur et de son mari (totalement carictural dans sa fatuité, avec ses maquettes d'avion dignes de François Pignon).

 

Heureusement, et je suis totalement d'accord avec Pascale sur ce point, il y a Guillaume Gouix. Déjà vu dans Poupoupidou ou Les beaux mecs, ce jeune homme dégage une puissance, une force tout à fait impressionnante. Et son duo avec Mélanie Laurent, est assez convaincant. Mais hormis la confirmation de Guillaume Gouix, j'ai trouvé le premier film de Jenifer Devoldère un peu léger, par manque soit d'absurdité et de loufoquerie, soit de profondeur. En demi-teinte, donc.

Partager cet article

Repost 0

commentaires