Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 07:59

Pierre, Paul et Hélène étaient amis, de très bons amis, il y a 20 ans. Ensemble, ils ont acheté une maison à la campagne. Aujourd'hui, Pierre est l'unique locataire, et verse un loyer à Paul et Hélène. Mais cette dernière a envie de vendre pour récupérer l'argent investi. Les trois amis se retrouvent donc pour discuter de cette éventualité. Mais le temps a passé, ils ne se sont pas vus depuis longtemps, et les rancoeurs sont tenaces. Sous les regards d'Antoine, le mari d'Hélène, de Lise, leur fille, et d'Anne, l'épouse de Paul, les trois protagonistes rejouent leur histoire.

 

J'ai une tendresse particulière pour cette pièce de Jean-Luc Lagarce, car ce fut l'un de mes premiers coups de coeur théâtral. J'y avais assisté au théâtre 71 de Malakoff, et le collectif DRAO (acronyme de Derniers remords avant l'oubli) avait investi le foyer du théâtre. Ici, le collectif In vitro prend place sur la scène du Studio-théâtre d'Asnières, dans un décor minimaliste qui laisse toute la place aux comédiens.

 

Ce qui m'attire, dans cette pièce, c'est la confrontation des caractères des différents personnages. Chacun a une personnalité bien trempée, et c'est leur opposition qui donne toute sa profondeur et sa densité à la pièce. Pierre (Eric Charon) est celui qui est resté dans la maison commune. Professeur dans un collège, il estime incarner la fidélité aux idéaux de jeunesse. Cette radicalité est sensible dès les premiers mots prononcés, en particulier lorsqu'il est exaspéré par le mot "taciturne" qu'utilise Hélène à son égard. Hélène (Julie André) est quant à elle devenue mère de famille. Visiblement en difficulté financière, elle compte sur cet argent mais n'arrive pas à expliquer les raisons qui la poussent à demander la vente de la maison. Accompagnée de sa fille, Lise (Annabelle Simon), qui tente de s'imposer dans ce monde d'adultes mais qui refuse de jouer leur jeu, et d'Antoine (Olivier Faliez), son mari bonasse qui ne comprend pas toujours les réactions de son auditoire, elle est une pile électrique que rien ne peut calmer, et qui finira par perdre son sang-froid. Elle avait anticipé toutes les réactions de Pierre, et refuse la moindre indulgence à son égard. 
 

Paul (Gwendal Anglade), lui, est au milieu. Indécis, sans caractère fort, il essaie d'arranger les morceaux et laisse les deux autres se disputer au sujet de la maison. Il essaie de ménager l'un et l'autre, mais son passé commun avec Hélène et son amitié forte avec Pierre ne l'aident pas forcément. Cette dernière est d'ailleurs sujet de reproche pour Hélène, qui estime qu'il n'avait pas à tout raconter à Pierre. Paul est venu avec Anne, sa femme (Agnès Ramy), persuadée d'avoir déjà rencontrée Pierre alors qu'il est incapable de s'en souvenir. Un peu délurée, elle tente de s'imposer, elle aussi, mais son côté femme légère, parfois naïve, fait qu'elle reste à l'écart du groupe.

 

Julie Deliquet, dans cette mise en scène très sobre, offre toute la place aux acteurs, et elle a plutôt bien fait car ils sont effectivement très bons. En quelques secondes, ils arrivent à changer d'expression, de sentiment, passant du reproche à l'agacement, ou de la bonhomie à l'incrédulité. Pour cette deuxième rencontre avec cette pièce, ce fut un moment très réussi.

 

Le spectacle a fini d'être joué à Asnières, mais il sera repris, en octobre-novembre, au théâtre Mouffetard (Paris 5eme) puis en mai à Vanves. A découvrir !

 

Autres pièces de Jean-Luc Lagarce :  Juste la fin du monde, L'apprentissage, Nous les héros

Partager cet article

Repost 0

commentaires

In Cold Blog 15/06/2010 13:32



Lagarce est un auteur qui m'intéresse beaucoup. J'espère ne pas oublier d'ici octobre les nouvelles représentations de cette pièce que je ne connais pas à Mouffetard...



Yohan 15/06/2010 18:50



Si j'y pense, j'essaierai de te le rappeler le moment venu ;-)