Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 19:50

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/70/33/90/19223389.jpgBon, j'avoue, j'ai eu un faible, il y a quelques années, pour Le peuple migrateur, de Jacques Perrin. Loin d'être un amateur de volatiles (je baisse toujours la tête lorsque des pigeons s'envolent), j'avais beaucoup aimé ce documentaire, au plus près des oiseaux et qui permettait de découvrir des espèces insoupçonnées.


Alors, avec la sortie d'Ωcéans, je me suis dit qu'il serait bon de tenter de nouveau l'expérience. Et effectivement, j'ai plutôt bien fait, car cette plongée dans le monde sous-marin fournit des moments assez passionnants, et de forts belles images. Rien que la scène, avec cette mer déchaînée et violente, est saisissante. Et le premier animal que l'on aperçoit est digne des plus inquiétantes espèces préhistoriques. Par la suite, les plongées auprès des cétacés (baleines et autres, je ne saurai les distinguer) sont impressionnantes, tout comme celles avec les requins. Je trouve d'ailleurs dommage, en fin de film, de montrer la cuisine et la manière dont ont été tournées les images, mais ce n'est qu'une remarque mineure. Car le reste de la mise en scène est très réussi, comme la scène du massacre des requins dont on retire la queue et les ailerons avant de les rejeter à l'eau.


Deux scènes marquantes dans ce film : la première est cette attaque en piquée des oiseaux qui cherchent à capturer les poissons. Tels des kamikazes, en moins suicidaires (ce qui, je l'accorde, ne fait plus très kamikazes), ils fondent sur leur proie, et leur regard perdu, sous l'eau, est très bien saisi. L'autre scène est ce combat des crabes. Deux meutes s'embrochent, et un panoramique montre le nombre époustouflant de crabes qui se font la guerre. On se serait cru dans les grandes scènes du Seigneur des anneaux. Et bien sûr, on découvre des espèces, le mode de vie de ces bestioles, et j'ai eu un faible pour les otaries, animaux bien paresseux sur la plage, mais qui doivent sauver leur peau face aux orques.


Mais, car il y a plusieurs mais (je suis d'esprit critique, en ce moment), deux éléments m'ont gêné (je les signale car je ne les avais pas senti dans Le peuple migrateur).


Dès le générique, il y a cette ribambelle de logos d'entreprises toutes plus écologiques les unes que les autres (Fondation Total, Véolia environnement, pour les plus emblémantiques, et celles qui étaient absentes des films précédents), qui me trouble beaucoup. D'accord, elles ont financé le film, mais quel intérêt de les mettre au générique, où l'exposition est maximale.


Et puis il y a la voix off. Jacques Perrin se donne un alter ego, en l'occurrence son petit-fils (cela saute d'ailleurs aux yeux), à qui il raconte l'histoire des océans. Si la dernière scène de mise en abime est très réussie, si même la scène dans le musée peut se justifier, j'avoue que le commentaire m'a d'abord paru inutile puis au fur et à mesure du film lénifiant. Oui, bien entendu, l'homme est à l'origine de la pollution des océans, mais quand on voit un caddie au fond de l'eau, je pense que le spectateur est assez intelligent pour se faire sa propre idée. De plus, j'ai trouvé que les commentaires, qui ouvraient une séquence, étaient superflus : oui, il est difficile de voir dans l'océan car il y fait noir, oui, certaines mers ont été explorées tardivement (et encore, pas forcément pour tout le monde). Bref, j'ai trouvé cette option injustifiée, hormis pour mâcher le travail au spectateur et entrer dans un moule écologique à la mode, que les grandes entreprises ont tout intérêt à promouvoir, car elles savent où sont leurs intérêts. L'idée de Jacques Perrin de montrer le règne animal est ici subverti par des financiers qui en ont fait un film à la mode.


Alors, Ωcéans n'est pas un mauvais film, le travail fourni par les équipes techniques est considérable et impressionnant et les images superbes, mais cette récupération me dérange, profondément. Car ce qui faisait le charme du peuple migrateur (pas de commentaire, si je me souviens bien) disparaît ici sous la coupe des financiers. Même si je m'en doutais un peu, j'en ai malheureusement eu la confirmation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 22/02/2010 08:20


Bonjour Yohan, j'avais vu le film en avant première (avec mon ami) dès le mios d'octobre avec remplissage de fiches à l'issue de la projection (a-t-on aimé le film, les défauts, les qualités,
etcl). Toujours est-il c'est que j'avais trouvé que cela manquait de sous-titres (quels étaient les bestioles à l'écran?) (peut-être que maintenant c'est indiqué?)  et Jacques avec son fils
(ce n'est pas son petit-fils) et le discours pontifiant m'ont crispée. Il n'apporte rien de plus au film. Bonne journée.


Yohan 04/03/2010 13:57


Merci pour tes impressions, Dasola. Pour ma part, le fait qu'on ne connaisse pas le nom des animaux ne me gêne absolument pas, car je trouve que cela donnerait au film une dimension pédagogique
qu'il ne doit pas avoir. Malheureusement, le discours occupe cette place, et d manière assez démesurée !


bladelor 19/02/2010 22:21


Je vais aller le voir dimanche avec mon grand matelot, j'espère que j'aimerais, en tout cas les images ont l'air grandioses.


Yohan 21/02/2010 15:32


J'espère que tu aimeras, et ton grand matelot avec toi. Je pense que les enfants en gardent des images fortes, mais pour un adulte, cela me semble léger.


Laetitia BERANGER 19/02/2010 14:39


Je suis ENTIEREMENT d'accord avec toi au sujet des sponsors affichés dès le début du film ! S'il est normal qu'ils apparaissent, le générique de fin m'aurait paru bien plus approprié... J'ai moi
aussi, été très impressionnée par les plongés/piqués des oiseaux et j'ai tremblé pour les otaries ;-) En revanche, j'ai bien choisi mon moment pour m'assoupir car j'ai échappé aux mutilations des
requins et autres horreurs des 15/20 min qui ont suivi (m'a-t-on dit !). Reste que les images sont superbes, c'est indéniable...


Yohan 21/02/2010 15:32


Oui, images superbes, mais cela ne fait pas un bon film. Et je ne suis pas étonné que tu aies pu t'assoupir, car si ce n'est pas très long, cela manque clairement de cohérence. Des épisodes mis les
uns à côté des autres, mais de ligne directrice.


BMR 19/02/2010 09:06


Bien décevant ce film où Papy Perrin explique (en peu de mots heureusement) à son petit-fils qu'il ne faut plus manger de sushis.
Les images sont extraordinaires bien sûr, mais le montage est brouillon et le film désordonné.
Il y a quelques années, La planète bleue (film identique, américain) nous avait
laissé un souvenir beaucoup plus fort.


Yohan 21/02/2010 15:28


Effectivement, je n'ai pas non plus parlé du montage, mais il est brouillon. On passe assez facilement d'une espèce à une autre, d'un lieu à un autre, sans vraiment de logique. Un bon coup
marketing, mais une exigence artistique très limitée, me semble-t-il.