Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 07:37

CanineDans la campagne grecque vivent un père, une mère et leurs trois enfants, deux filles et un garçon. Personne, hormis le père, n'a le droit de quitter l'enceinte de la propriété, l'ailleurs étant présenté par les parents comme un territoire dangereux. Les enfants sont éduqués de manière originale par les parents, qui leur apprennent des mots, mais en en transformant le sens, et en leur faisant participer à des compétitions récompensés par des autocollants. Mais l'attrait de l'extérieur, qu'ils ne pourront découvrir que lorsque l'une de leurs canines sera tombé, est le plus fort...


Voilà un film qui me laisse fortement perplexe. Le postulat est fixé dès le départ, les enfants souhaitant jouer à « celui qui laissera le plus longtemps le doigt sous le robinet d'eau brûlante », après avoir appris quelques termes à la signification dévoyée. Le père amène pour son fils une de ses collègues, qui lui sert de professeur sexuelle, et qui profite de la situation pour satisfaire quelques uns de ses fantasmes.


Le problème du film est que le postulat de départ, s'il est original, troublant et dérangeant, n'est jamais justifié. Bien entendu, le réalisateur, Yorgos Lanthimos, pousse la situation à son paroxysme, avec une scène de transe de la fille aînée assez bien foutue, ou le massacre d'un chat perçu comme le mal incarné. Mais tout ceci est vain, car les mobiles des parents sont totalement opaques. Ils veulent empêcher leurs enfants d'aller à l'extérieur, d'accord, mais pourquoi ? Que craignent-ils ? De quoi veulent-ils les protéger ? La fin ouverte accentue encore cette circonspection qui saisit le spectateur lorsqu'il quitte la salle de cinéma. Car ce qui marche chez Ursula Meier et Home, où on comprend l'événement fondateur de la claustration familiale, ne fonctionne pas ici, car le spectateur est tenu totalement à l'écart. Rien de bien intéressant à retenir de cet exercice de style, au cours duquel l'ennui gagne peu à peu par manque de profondeur.


Je remercie Pascale, qui en ces temps de fêtes ne cesse de distribuer des places !


Les avis de Sandra M. (déçue, et le mot est faible) et de Rob (emballé).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascale 24/12/2009 10:30


C'est normal tu es un brillant candidat :-)

Je ne l'ai même pas vu. Je crois que tout simplement il n'est pas arrivé jusqu'à moi.


Yohan 30/12/2009 17:44


D'après moi, tu n'as pas raté grand chose (mais je sais qu'il y en a qui pensent autrement ;-)


Neph 23/12/2009 17:57


Le postulat de départ est intéressant, mais je me demande si ça ne me plairait pas plus à l'écrit. Il en existe un livre ?


Yohan 30/12/2009 17:42


Je ne sais pas si c'est tiré d'un roman (le générique était en grec, et mes restes de grec ancien ne me permettaient pas de traduire ce qui me passait sous les yeux). A priori, je dirai que non.