Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 18:23

anatolin.jpgUn homme cherche à revenir sur les lieux où ont grandi ses parents. Après s'être rendu en Ukraine pour voir le village de son père, il part en Pologne pour découvrir celui de sa mère. Ses parents ont à la fin de la guerre quitté leurs villages pour rentrer en Allemagne, devant l'avancée des troupes communistes. Lors de ce retour, ils ont perdu leur fils. On ne sait pas s'il est mort, s'il a été recueilli par une autre famille. Le retour aux origines est aussi un moyen pour le héros de tenter de retrouver la trace de ce frère disparu.

 

Le roman démarre comme une quête personnelle, un poil burlesque. La description du voyage en train direction la Pologne est déroutant, mais pas autant que celle de son retour en Ukraine, où il a dû se débrouiller seul dans un pays inconnu. Puis, Hans-Ulrich Treichel déroute le lecteur, en se mettant en scène au milieu du roman. Il évooque ses deux romans précédents (Le vol humain, Le disparu), qui sont des fictions mâtinées d'événements personnels. Il évoque sa difficulté à passer du côté de l'écriture et prête à ses personnages les actes qu'il n'ose pas faire, comme celui de s'adresser à cet homme que la Croix Rouge pense pouvoir être son frère. De ce fait, on se demande si ce qu'on est en train de lire est une fiction comme on peut le penser au premier abord, ou un récit.

 

Roman-récit assez court, l'écriture de Hans-Ulrich Treichel est très plaisante, agréable. L'intrigue se complexifie par endroits, devenant presque une réflexion psychanalytique, mais on retombe toujours finalement sur l'intrigue principale, celle de la recherche des origines et de ce frère. Pourtant, si le retour aux origines est un thème fréquent en littérature, Treichel l'aborde avec un certain scepticisme. Rien pour lui de vraiment innovant dans cette quête : que trouver dans un village ukrainien presque à l'abandon, si ce n'est une série de maisons dont il ne sait pas laquelle est celle de son père ou le plaisir de découvrir un panneau indicateur décoré des étoiles du drapeau européen. 

 

Réflexion personnelle sur sa famille et universelle sur la quête des origines, Anatolin est un récit qui donne envie de se plonger dans les romans précédents de l'auteur. Le disparu et Le vol humain devraient bientôt faire partie de mes lectures.


Anatolin de Hans-Ulrich Treichel

Traduit de l'allemand par Barbara Fontaine

Ed. Gallimard

Partager cet article

Repost 0

commentaires