Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 23:10

a-rebours.jpgA rebours est un ouvrage dont j'ai souvent entendu parlé mais que je n'avais jamais ouvert, un peu refroidi par sa réputation d'ouvrage difficile. J'ai franchi le pas, et si je suis plutôt satisfait d'avoir découvert la prose de Huysmans, la réputation de l'ouvrage est loin d'être usurpée.

 

L'histoire (si on peut considérer qu'il y ait une histoire) est celle de Jean des Esseintes. Cet homme a décidé de quitter la vie parisienne, qu'il juge décadente, pour vivre retiré dans une demeure de Fontenay-aux-Roses. Il occupe le rez-de-chaussée et laisse l'étage à ses domestiques.

 

L'ouvrage raconte ce retrait volontaire, sans s'attarder outre mesure sur les raisons de celui-ci. Huysmans s'attache à décrire la vie de des Esseintes, son quotidien et les sujets qui le passionne : la peinture et Gustave Moreau, ses lectures, ses croyances. Car si des Esseintes est seul, il estime également être seul à voir la beauté, à comprendre la dimension artistique des oeuvres. A rebours, il l'est donc par ses goûts, qu'il détaille par le menu dans certains chapitres (l'un d'entre eux est notamment consacré à la littérature latine, et on découvre une multitude d'auteurs, souvent obscurs et les plus connus sont les moins célébrés par des Esseintes).

 

Une des difficultés d'approche du livre est justement liée à ces chapitres très descriptifs, évoquant Bouvard et Pécuchet mais dans une version élitiste et esthétisante. Ici, ce ne sont pas deux naïfs qui se piquent de devenir scientifiques, artistes,... mais un aristocrate aigri, perturbé par des maux d'estomac récurrents, qui raconte ses petites folies et ses amours. Au rayon des amours, il y a avant tout Baudelaire qu'il vénère, mais également certains ouvrages de Zola (un des amis de l'auteur), de Barbey d'Aurevilly ou de Léon Bloy (écrivains réputés pour leur militantisme catholique, qui caractérise aussi des Esseintes).

 

Pour ce qui est des folies, des Esseintes est également un spécialiste. Un très beau chapitre de l'ouvrage est consacré à un voyage pour Londres qui s'arrête gare Saint-Lazare, des Esseintes étant rattrapé par ses (nombreuses) névroses. Une folie marquante concerne aussi ses goûts esthétiques. Pour agrémenter un tapis qu'il juge un peu terne, il choisit d'y déposer une tortue vivante. Mais pour plus d'éclats, il la couvre de feuilles d'or et la sertit de pierres précieuses. Autant dire que le pauvre animal n'y survivra pas.


logo-2012 d'Ys

A rebours est un ouvrage exigeant, qui se lit avec beaucoup de concentration. D'un abord peu simple, il mérite néanmoins qu'on s'y attarde, en sachant qu'on plonge dans une oeuvre hors-norme. Et il faut également accepter de ne pas comprendre toutes les références (le roman a été écrit en 1884), à moins de consulter toutes les notes de lecture, ce qui allonge sensiblement la lecture.

 

Livre lu dans le cadre du 12 d'Ys

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Céline 28/10/2012 20:02


C'est un auteur (et un courant littéraire) qui m'attirent beaucoup. Mais mes tentatives ont généralement échoué

Yohan 17/11/2012 13:26



L'entrée dans le roman est assez difficile en effet. Il faut, je pense, vraiment prendre le temps de la découvrir et ne tenter de le dévorer, c'est le meilleur moyen de se lasser et de
l'abandonner.



Chiwi 23/10/2012 18:57


C'est vrai que c'est une lecture exigeante mais c'est une lecture que je n'avais que très peu apprécié.

Praline 21/10/2012 23:25


Malgré les difficultés de lecture que tu soulignes, j'ai un excellent souvenir de ce roman. J'avais aussi découvert la cathédrale de cet auteur. Très chouette également.

Yohan 23/10/2012 08:29



Je pense que c'est un roman qui laisse des souvenirs assez forts, peut-être liés à la lecture parfois laborieuse ;-)