Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 14:51

a bout portantCela doit faire un moment que je n'ai pas vu un film ou lu un roman dans lequel le manque de vraisemblance me pose problème. Eh bien, c'est réparé avec le dernier film de Fred Cavayé, A bout portant, dont les problèmes de scénario suffisent à dire que ce film est hautement dispensable.

 

A bout portant, c'est l'histoire d'un braqueur recherché par toutes les polices, Hugo Sartet. Il manque de se faire pincer dans un coup monté par les brigades de police. Pour s'en sortir, Sartet est obligé d'emmener dans sa cavale un jeune infirmier, Samuel, qui sur le moment ne pense qu'à la grossesse de sa femme. On retrouve donc des thèmes écules des films policiers (l'individu lambda qui se révèle plus coriace que prévu, la guerre des polices, la corruption,...), mais tout cela serait acceptable si le scénario avait un minimum de tenue, et les acteurs dirigés.

 

Car pour ce qui est de la vraisemblance, cela débute mal. Sartet (Roschdy Zem) essaie d'échapper à deux types, mais se fait balancer par une moto. Plan suivant, on le retrouve, visiblement le lendemain car la police fait ses premières constatations, et le mec ne souffre que d'une blessure par balle reçue auparavant. Rien de cassé, pas de contusion, et il trouvera même la force de maîtriser l'infirmier pour finir de l'obliger à le faire quitter l'hôpital. Un surhomme, ce Roschdy ! A partir de là, tout est possible, et les mecs courrent avec une balle dans le buffet, sautent dans l'appartement en face par dessus la rue,.... Bref, rien de très consistant au niveau de l'intrigue. Seul le coup monté par Sartet ayant pour but de semer la pagaille dans la ville (c'est autre chose que celle d'Hortefeux) est un poil original. Pour le reste, c'est vu et revu.

 

Autre point faible, la direction d'acteur. Roschdy Zem fait son possible, mais il est peu aidé par Gilles Lellouche qui ne possède visiblement pas encore le charisme et la bouteille pour assumer un premier rôle de ce type. Mais le pire concerne les deux flics, Mireille Perrier et Gérard Lanvin, dans des compositions tellement monolithiques que s'en devient risible. On se demande ce qu'il font là. Et je ne parlerai pas de la femme enceinte qui est là pour faire pleurer dans les chaumières, car Pascale le fait très bien.

 

Le film se résume donc à une suite de course-poursuite, pas forcément palpitantes, et est tout de même asssez violent, tout cela pour finalement pas grand-chose. Bref, même à bout portant, Fred Cavayé a largement raté son deuxième film.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Choupynette 13/12/2010 11:31



j'hésitais, mais là, tu confirmes mon impression après visionnage de la BA: je n'irai pas!