Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 07:26

Elsa se fait virer de son appartement, après plusieurs mois de loyers impayés. Elle pratique des petits boulots, comme nettoyeuse de bus ou professeur d'anglais peu compétente, mais cela ne suffit pas pour la faire vivre. Les stratagèmes qu'elle met en place et qui lui avaient permis de garder la tête hors de l'eau ne fonctionnent plus, et elle sombre peu à peu. Mais avec l'aide de Mathieu, son voisin en difficulté comme elle, et son cousin, elle tente de reprendre sa vie en main. Avec notamment pour objectif de se rapprocher d'Etienne, son fils qui vit avec son ex-mari et qu'elle ne voit que rarement.

 

Le premier film de Xabi Molia a pour titre la fin d'un proverbe qui illustre parfaitement l'intrigue et la vie de Elsa : Sept fois à terre, huit fois debout. Car Elsa morfle, mais fait ce qu'elle peut pour survivre. Ses suppliques aux futurs potentiels locataires de son appartement, entre émotion et mensonge sur ses relations avec son fils, en sont un exemple. Elle se démène, se bat, mais sombre petit à petit. Jusqu'au jour où une de ses collègues nettoyeuse de cars fait un malaise sur son lieu de travail : le gardien, qui les paye au noir, refuse d'appeler une ambulance pour éviter les ennuis. Elsa réalise alors l'inhumanité de ce milieu, car même si certains actes de solidarité existent, le poids du patron est toujours le plus fort. Elle se retire donc du monde, vit dans sa voiture puis la forêt, et ce retrait semble être pour elle le départ pour elle d'une nouvelle ambition.

 

Le film est assez sombre car malgré ses efforts, ses tentatives pour d'en sortir, tout semble s'acharner contre Elsa. Même les entretiens desquels elle sort satisfaite n'aboutissent à rien. Son horizon est bouché, et tout semble aller de mal en pis. Alors, tout n'est pas totalement noir, car ses relations avec son fils évoluent plutôt dans le bon sens, mais je suis ressorti de ce film assez sombre. Pourtant, le film n'est pas dénué d'humour, comme à travers le personnage de Mathieu (Denis Podalydès) qui passe son temps libre à pratiquer le tir à l'arc dans la forêt municipale, au risque de blesser les promeneurs.

 

Mais la vraie révélation du film est Julie Gayet. Elle incarne une jeune femme sensible, perdue mais qui n'est pas totalement sans ressource. C'est elle qui décide d'arrêter les emplois desquels elle ne retire qu'un peu d'argent mais aucune humanité. Bien entendu, son entourage, en particulier son cousin (Mathieu Busson) n'est pas pour rien dans sa volonté de s'en sortir. Mais l'actrice impose sa marque sur le film, elle irradie et donne une humanité à ce personnage qui n'était pas gagné pas d'avance. Une belle performance d'actrice, dans un premier film osé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Librivore 15/05/2010 22:19



Je viens de le voir, je suis sortie profondément mal à l'aise, pas heureuse du tout. C'était peut-être le but recherché. Un bon film, un formidable jeu d'acteurs mais alors ...Surtout la scène
dans la mer avec son fils, on se dit qu'elle a vraiment la poisse cette fille, mais on ne sent pas chez elle de passion, d'intérêt. le personnage de Podalydés pendant les entretiens
d'embauche est assez drôle, surtout quand il dit que sa principale qualité est de douter...



Yohan 17/05/2010 13:36



Le film est d'un réalisme saisissant, et donne à découvrir une femme perdue, sans illusion sur son avenir et pour qui rien ne s'arrange. Et pourtant, malgré ses échecs, elle continue à essayer de
s'en sortir, mais si la tonalité finale se veut un peu plus optimiste, je suis comme toi restée abasourdie par le manque de perspective de l'héroïne. Ce n'est pas une comédie, cela, c'est certain
!



Laetitia 10/05/2010 09:39



Nous revlà d'accord ! J'ai aimé le film mais je suis ressortie de là avec le coeur lourd lourd lourd et je l'ai traîné ainsi toute la soirée :-(



Yohan 15/05/2010 18:06



Oui, comme toi, j'ai trouvé que le film était bon, mais qu'il filait un peu le bourdon. Enfin, comme mon accompagnatrice du soir ne l'a senti comme cela, elle m'a remonté le
moral ! 



la librivore 09/05/2010 23:56



Celui-là j'ai très envie de le voir. Mais je pensais qu'il était beaucoup plus léger, traité sur le ton de la comédie.(Un petit peu comme les invités de mon père que j'ai vu dernièrement). Je
croyais qu'elle s'en sortait, mais dans la vie il y a beaucoup de gens qui ne s'en sortent pas, pourquoi serait-ce le contraire dans un film ?



Yohan 15/05/2010 18:03



Le ton n'est pas complétement sombre et pessimiste, mais il est loin d'être celui de la comédie. On ne sait pas si elle s'en sort, en tout cas, elle progresse...