Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 09:45

La fin du monde est proche : plus personne n’achète de journaux (de toutes façons, il n’y a plus de papier pour les fabriquer) les incinérateurs rejettent des nuages de cendres qu’on imagine toxiques, une guerre fait rage, et l’Ukraine a déjà été dévasté. Dans ce monde apocalyptique, Robinson tente de s’échapper, de se protéger. Sa fuite lui fait se souvenir des épisodes importants de sa vie : la rupture avec sa femme, la perte de son bras droit. Mais elle l’emmène surtout dans des endroits inattendus : Pampelune, Toulouse en état de siège, un château dans le Lot,…

 

Il est assez difficile de parler de ce film, qui est le prototype du film bancal. Film long (2h30), avec des nombreuses séquences, certaines très bien mises en scène, d’autres inutiles, et c’est la même chose pour les personnages. Mais, allez, parlons donc du dernier film des frères Larrieu (dont j’ai plutôt aimé le foutraque Un homme, un vrai, et apprécié Peindre ou faire l’amour)

 

Ce film sur la fin du monde explore beaucoup de pistes, mais laisse surtout le spectateur dans un flou artistique pas déplaisant concernant la ou les causes du cataclysme en cours. On obtient des bribes d’explication, mais jamais une vision globale. La seule chose globale que l’on voit, c’est Robinson Laborde (Mathieu Amalric), dont on détaille les étapes importantes de la vie. Celle-ci est marquée par une relation extra-conjugale avec une sorte de mannequin étranger, rectiligne et assez laid, Laé, qui attire irrémédiablement l’homme qu’est Robinson. Cette relation met fin à son couple, et retrouver Laé sera son seul but.

 

Malheureusement, j’ai trouvé que ce personnage de Laé est assez mal dessiné, et de plus assez mal joué par la comédienne (ou plutôt le mannequin) qui a le rôle. Malheureusement, car c’est une grande partie du film que cette relation fusionnelle, irrationnelle. Par opposition, le personnage de Catherine Frot, ancienne vendeuse de parapluie à Biarritz et amante du père de Robinson, est bien plus intéressant. Déjà, l’actrice est convaincante, certainement la meilleure du casting, et donne du relief à cette femme abandonnée dans un Pampelune en pleine feria et qui suivra Robinson. C’est d’ailleurs une scène avec Catherine Frot, celle à l’opéra où chante Sergi Lopez (casting surprenant, et on découvre dans ce film la puissance de tous les organes de Sergi !) qui est l’une des plus réussies du film. A coté de cela, les personnages de Karin Viard, et plus encore de Clotilde Hesme (que j’aime toutes les deux) sont transparents et sans grand intérêt.

 

Mais le plus surprenant avec ce film, c’est que je ne me suis pas ennuyé. On se demande où les Larrieu nous emmènent, pourquoi ils filment cette scène d’orgie châtelaine assez inutile, si ce n’est pour la chute, bien sentie. Pourquoi aussi il y a tant de scènes de feria, pourquoi il y a cette échappée très courte au Canada, celle à Taiwan, mais je n’arrive pas à dire que ce film est raté. Il est surprenant, inégal, déroutant, mais il y a des idées à conserver, comme ce début à Biarritz où cette fuite dans un Paris nocturne, où Robinson et son mannequin courent nus. C’est un peu comme un brouillon, qu’il faudrait retravailler, sauf que les Larrieu nous montre leur film terminé. Un peu comme s’ils s’étaient fait plaisir avec cette œuvre inclassable, sans attention particulière aux codes en vigueur. Et cela fait plutôt du bien, finalement !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Theoma 15/09/2009 15:49

Ton billet est très intéressant. En voyant la BA, j'avais vraiment peur.

Yohan 21/09/2009 22:48


Merci ! Reste plus qu'à aller le voir pour vaincre ton appréhension !


Emeraude 14/09/2009 20:14

@Yoahn & laetitia : eh bien si j'ai trouvé qu'il y avait quelque chose. sa nudité a sûrement beaucoup aidé. Mais je crois que ce qui vous a déplu est ce qui m'a plu chez elle. Enfin faut pas exagérer je ne l'ai pas trouvé extraordinaire mais le côté féminin et masculin ne m'a pas dérangée. Quant à sa voix, son intonation (parce que pour moi ça faisait partie d'elle, et pas de sa manière de jouer) c'est vrai qu'elle est étrange mais après tout, le personnage est très étrange et j'ai trouvé que ça collait bien avec le reste !D'où le fait que je vous trouve dur avec elle. Mais bon, c'est sûr que Sergi Lopez m'a plus marquée! ;-)

Yohan 21/09/2009 22:42


Ah tu me rassures ! Car Sergi Lopez a de quoi marquer, dans ce film, surtout niveau nudité ;-)


Laëtitia 14/09/2009 09:37

Du charme Emeraude, vraiment ?! Un physique très atypique oui, une silhouette étonnante, je te l'accorde. Nue, il se passe quelque chose mais habillée ? Son visage mêle féminin et masculin d'une manière assez troublante, certes. Mais s'il devait y avoir là, un charme quelconque (je n'y suis guère sensible) tout s'envolerait dès lors qu'elle ouvre la bouche ! Sa façon de dire son texte m'a exaspérée...

Yohan 16/09/2009 19:22


Non, mais arrete Laetitia, nous sommes tellement d'accord que tu en arrives à me défendre sur mon propre blog ! C'est le pompon !
Son phrasé ne m'a pas particulièrement marqué, c'est l'ensemble de sa prestation qui ne m'a pas convaincu...


Emeraude 11/09/2009 20:45

c'est vrai qu'il y a plein de choses à dire sur ce film ! Mais je te trouve dur avec le mannequin qui tient le rôle de Laé. Certes je ne la trouve pas très jolie mais tu ne peux quand même pas nier qu'elle a du charme, non ?Enfin, j'ai bien aimé moi ce film. Sans pour autant le trouver bizarre... tu sais que c'est adapté d'un roman de Dominique Noguez ? Du coup je suis curieuse de voir ce que donne le roman...(J'adore ta parenthèse sur Sergi Lopez !!;-))

Yohan 13/09/2009 19:21


Dur avec le manequin ? Je t'avoue que je n'ai pas forcément envie de la revoir dans un film, voilà ce qui explique mes propos ! et je ne lui ai pas trouvé de charme, non.
Pour le livre, je ne suis pas tenté par le roman de Noguez, qui est un énorme pavé, en plus ;-)


Ys 11/09/2009 15:09

J'ai entendu plus de mal que de bien sur ce film, mais les arguments négatifs me donnent plutôt envie de tenter l'expérience. Dimanche, peut-être...

Yohan 13/09/2009 19:09


Comme toi, j'ai été curieux de me faire un avis après les nombreux avis négatifs entendus. Je suis heureux de l'avoir fait !