Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 08:53

Le colonel Hans Landa est un chasseur de juifs. Sa mission : traquer les juifs de France pour les éliminer. Lors d'une descente dans une ferme française, il retrouve la famille Dreyfus, dont il tue les membres. Tous, sauf Soshanna, qui parvient à fuir. Face à ces nazis exterminateurs de juifs, des juifs américains ont décidé de former un groupe qui exécute un à un les soldats nazis. Leur chef, le Lieutenant Aldo Raine, recrute les meilleurs éléments anti-nazis pour arriver à ses fins : obtenir de chacun des membres de son groupe cent scalps nazis. Pendant ce temps, Soshanna, qui a repris le cinéma tenu par sa tante, est courtisée par un héros de guerre allemand proche de Goebbels, et les anglais envoient un de leurs agents pour aider le groupe de Raine à tuer Hitler.

 

Tarantino qui parle des nazis et des juifs ? Après une mauvaise expérience avec Kill Bill (film que je trouve gratuitement violent) et un manque d’envie pour voir son dernier film (Boulevard de la mort), je n’étais pas forcément très enthousiaste. Mais les présences au générique de Mélanie Laurent et surtout de Brad Pitt (qui, on ne le dira jamais assez, fait depuis trois ans un très bon choix dans les films qu’il tourne) ont attisé ma curiosité. Et bien m’en a pris, puisque cet opus est extrêmement jubilatoire, et m’a convaincu que Tarantino pouvait encore faire des choses intéressantes sans se noyer dans la citation ou la référence à la série B ou Z.

 

Inglorious Basterds est construit en cinq parties. La première donne immédiatement le ton, et est certainement la plus réussie du film. Un fermier français voit arriver sur la route les autorités allemandes, sur une musique jouant la Lettre à Elise version Morricone. On découvre alors Hans Landa, officier obséquieux et rusé, qui parvient à piéger le fermier en l’obligeant à parler anglais. Tout est réussi dans cette ouverture : l’attente créée par l’arrivée des allemands, l’introduction de Landa qui ne boit que du lait, la musique, le tempo. Un vrai régal.

 

Puis on plonge ensuite dans une description rythmée et efficace des autres protagonistes du film, les camarades d’Aldo Raine, dont certains sont des juifs allemands ayant réussi à fuir leur pays. Quelques scènes de scalp sont un peu dures, mais assez courtes pour ne pas noyer le spectateur dans le gore. La violence est plus suggérée que montrée, et Tarantino a bien fait de prendre cette option. Tous les personnages sont intéressants, souvent doubles, mais le plus intrigant et effrayant reste Landa, homme apparemment bien sous tous rapports et qui n’hésite pas à user de ses talents de polyglotte pour exercer une pression psychologique constante. Christoph Waltz, récompensé à Cannes, incarne à merveille cet homme haïssable dont on ressent néanmoins tout le charisme. Tous les autres acteurs sont au diapason, avec des prestations tout à fait convaincantes, que ce soit Mélanie Laurent avec parfois des airs de Marion Cotillard, Daniel Brühl (vu dans Good bye Lenin), Diane Kruger et bien entendu Brad Pitt, qui livre une scène d’anthologie lorsqu’il essaie de prononcer son nom d’emprunt dans une langue qu’il maitrise mal.

 

Car si ce film porte sur la guerre, il donne lieu à des scènes hilarantes ou écoeurantes, comme celle où Landa et Soshanna mangent un Strudel recouvert de crème. Film jubilatoire, qui s’amuse des langues et montre leur pouvoir (chacun s’exprime dans sa langue d’origine, sauf Landa le polyglotte), film qui n’est pas étouffé par les références, qui aurait pu, petit bémol, être raccourci sur certaines scènes comme dans la taverne, mais qui laisse un excellent souvenir.  Vraiment un très bon opus deTarantino, qui revient très bien avec ce film inattendu de sa part.


 Les avis de Pascale, de Sandra M.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Phoenix 23/01/2010 11:50


Une daube absolue ce film


Yohan 23/01/2010 14:50


Merci pour cet avis argumenté


praline 12/09/2009 12:26

J'hésite. Les scènes de violence, très peu pour moi. Et malgré ce que tu en dis, j'ai l'impression qu'elles ne sont pas inexistantes dans ce Tarantino.

Yohan 13/09/2009 19:25


Oui, il y a quelques scènes de violence (notamment la dernière, la plus dure pour moi). Ce qui est assez dur, ce de voir le sang-froid de ces soldats face à la cruauté (car scalper un mort est loin
d'etre évident !)


choupynette 06/09/2009 20:14

je ne suis pas fan de Tarantino, mais ce que j'entends/lis de ce film me donne très envie de le découvrir! j'avais un peu peur des longueurs, mais il semblent qu'elles soient limitées ici.

Yohan 07/09/2009 19:46


Il existe bien quelques longueurs dans certaines scènes, mais l'ensemble est vraiment réjouissant; Je te conseille de tenter celui-là, moi-meme n'étant pas fan de Tarantino (meme si j'aime beaucoup
Jackie Brown !)


Neph 05/09/2009 13:03

Je l'ai vu aussi, et je l'ai également trouvé jubilatoire !

Yohan 06/09/2009 19:18


Les avis ici sont unanimes !


Laëtitia 04/09/2009 17:18

Tiens, t'avais pas aimé kill bill ? Ah, enfin un sujet sur lequel nous pourrons être en désaccord et débattre lors d'une prochaine rencontre (parce qu'il faut bien avouer que nous nous sommes drôlement assagis ces derniers temps !). En revanche, comme toi, j'ai passé un "jubilatoire moment" avec ces basterds. J'ai d'ailleurs placé ce film dans le quartet de mes meilleurs films de l'été ;-)

Yohan 06/09/2009 19:16


Non, je n'avais pas Kill Bill, trop violent à mon gout (le manga m'avait totalement écoeuré, j'ai été incapable de prendre du recul vis à vis des images). En revanche, très bonne surprise avec les
basterds (non, pas ceux de la critique ;-)