Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 08:29

 

Vish Puri est détective privé, installé à New Delhi. Spécialiste des enquêtes prénuptiales, soit la vérification de l’honnêteté du ou de la mariée, il se voit confier une mission délicate par un important avocat de Jaipur, Jay Kasliwal, qui doit faire face à une tentative de déstabilisation : il est accusé d’avoir tué une de ses domestiques qui a disparu. Vish Puri mène l’enquête, avec l’aide de ses collaborateurs, mais doit également faire attention à sa propre personne, puisqu’il est régulièrement l’objet de tentatives d’assassinat. Heureusement que sa maman veille sur lui…

 

Le mérite de ce polar est de permettre la plongée dans l’Inde du Nord, entre New Dehli, Jaipur, dans le Rajahstan et le Jharkhand, province de l’ouest du pays connu pour ses mines d’uranium. On découvre une vision de la société indienne très clivée entre les maîtres et les serviteurs, mais également en proie à des difficultés religieuses incessantes, entre hindous, musulmans et chrétiens. On y découvre également la corruption de l’ensemble de l’administration indienne, et l’arrangement entre les familles pour organiser les mariages, souvent liés à l’importance des castes. Cette virée indienne, de la part d’un anglais marié à une indienne (d’après l’éditeur) m’a paru assez convaincante.

 

Sur l’intrigue policière en elle-même, rien de bien nouveau. Une enquête prénuptiale qui se révélera beaucoup moins explosive que prévu, un complot mafieux que Vish Puri démêle, et dévoile un peu à la manière d’Hercule Poirot, car il enquête avec des comparses, mais ne leur fait jamais part de ses conclusions (donc a fortiori, le lecteur n'en sait pas plus que les dits comparses). Ses collaborateurs apportent d’ailleurs une touche de loufoque bienvenue : entre Handbrake (Frein à main), son chauffeur, Facecream et Tubelight (crème de beauté et néon) ses informateurs, il s’entoure de manière à pouvoir déléguer et ainsi avoir un peu de bon temps. Soit, déguster dans le dos de son épouse des plats indiens épicés et gras ou des piments forts interdits par son médecin.

 

Le rôle de la mère de Vish Puri est également assez réussi, avec cette femme intrusive, ancienne institutrice qui veut exercer la même profession palpitante et exaltante que son fils. Son entregent lui permet d’avoir des renseignements sur tout le monde, et notamment sur ceux qui ont tenté d’assassiner son fils. Mais elle garde cette information pour elle, de peur de blesser l’orgueil de son rejeton.

 

Si l’ensemble se lit relativement bien, il y a un choix de l’auteur qui m’a beaucoup gêné : celui de laisser des expressions en hindou ou autres dialectes utilisés en Inde pour faire « couleur locale », et de renvoyer à un lexique en fin d’ouvrage. Bien entendu, il est difficile de traduire les noms des plats cuisinés (pakoras, seekh kebab,…). Mais ne pas traduire les jurons ou certaines formules de politesse me semble excessif. Si je dis que c’est un choix de l’auteur, c’est uniquement lié au fait que l’ouvrage original est en anglais, et j’imagine donc que la traductrice, Anne-Marie Carrière, a laissé en hindou ce qui figurait dans cette langue dans le texte anglais. Une volonté trop marquée de montrer qu’un anglais peut parler de l’Inde ?

 

Néanmoins, un ouvrage plaisant qui s’il ne révolutionne pas le genre policier, permet de découvrir les aspects souvent peu connus de ce grand pays qu’est l’Inde. Pour une première tentative, Tarquin Hall s’en tire plutôt bien !

 

Les avis de Belledenuit, Cécile, Mazel
Merci à BOB pour cette découverte !

 

L'homme qui exauce les voeux, de Tarquin Hall

Traduit de l'anglais par Anne-Marie Carrière

Ed. 10/18 - Domaine policier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas 06/09/2009 19:44

J'ai bien aimé l'aspect "exotique'" du roman: les différents aspect de l'Inde sont bien montrés. Mais comme tu le dis, l'intrigue policière n'a rien d 'extraordinaire, et me concernant, cela m'a un peu laissé sur ma faim. Bon polar, donc, mais sans plus.

Yohan 07/09/2009 19:44


Merci de ton passage par ici, Nicolas. Effectivement, le coté dépaysant de l'Inde est le plus de ce policier de facture classique, qui permet de passer un moment relativement agréable !


Emeraude 05/08/2009 09:00

cette nouvelle collection 10/18 "polar autour du monde" (c'est moi qui l'appelle ainsi!) me faisait de l'oeil mais j'attendais d'avoir quelques retours avant de me plonger dedans... je crois que je vais essayer !

Yohan 09/08/2009 18:42


Cet ouvrage de la collection est intéressant et laisse augurer de choses intéressantes, comme souvent avec 10/18. Je pense que tu peux t'y lancer !