Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 07:40

Je n’en ai pas encore parlé ici, mais j’ai vécu il y a deux semaines un merveilleux moment. J’ai en effet eu le plaisir d’assister à une représentation de Carmen à l’Opéra Comique. C’est grâce à Joël que j’ai appris que l’opéra serait joué cette année, et dès que je l’ai su, j’ai acheté des places. Et je ne regrette pas d’avoir parcouru Paris pour avoir deux places en troisième rang de baignoire, car ce fut trois heures formidables.

 

Bien entendu, il y a l’opéra en lui-même, les airs connus de tous (Toréador, L’amour est un oiseau rebelle). D’ailleurs, Bizet semblait avoir conscience de la réussite de ses airs, puisque l’introduction est une sorte de pot pourri des moments les plus connus. Mais, de manière assez surprenante, ce ne sont les airs les plus connus qui ont obtenu le plus d’applaudissements. Les deux chants de Micaëla, l’amie d’enfance de Don José, furent très appréciés, tout comme les scènes avec les chœurs (le Monteverdi Choir était merveilleux, ainsi que les jeunes chanteurs de la Maîtrise des Hauts de Seine). L’ensemble était servi par Sir John Elliot Gardiner, un des meilleurs chefs d’orchestre actuel.

 

Outre l’orchestration, la mise en scène d’Adrian Noble rendait vraiment hommage à l’œuvre. Le début de l’opéra, avec cette déambulation des soldats sur la place et la vision des cigarières à travers un miroir posé en oblique sur la scène permet d’introduire immédiatement les protagonistes. Avec un très beau décor (une rampe qui monte dans le fond de la scène) et  des costumes à l’avenant, l’ensemble était parfait. Une mention pour la très belle scène de danse qui ouvre le deuxième acte, pour la mise en scène en forme de mise à mort du duel final entre Carmen et José, pour le campement des brigands, pour les courses à Séville. Et mention encore plus importante pour un moment que j’apprécie beaucoup, et qui a été très bien rendu, celui où les cigarières fuient l’usine à cause d’une bagarre entre Carmen et une de ses consoeurs.

 

Et que serait Carmen sans de bons interprètes ? Au premier rang d’entre eux, la chanteuse qui incarnait la bohémienne était époustouflante. Flamboyante, amoureuse, blessée, pleine de charme et de ruse, Anna Caterina Antonacci est une merveilleuse interprète de ce rôle. Plus encore que sa voix (qui ne m’a pas emballé outre mesure), c’est sa présence sur scène et son jeu qui est admirable. Et pour ne rien gâcher, elle parle un français presque sans accent. Elle fut la reine de la soirée. Mais à ses côtés, ses camarades ne furent pas ridicules, loin de là. Anne-Catherine Gillet était une émouvante et pathétique Micaëla, et Nicolas Cavallier un fier Escamillo. Je suis un peu plus réservé sur Andrew Richards, qui incarne Don José. Il a semblé mal à l’aise dans les deux premiers actes, avant de monter en puissance et de vraiment de libérer dans la scène finale. Je tiens également à mentionner les deux hommes et les deux femmes du groupe des brigands, qui accompagnent Carmen dans l’air des femmes, nécessaires à la duperie, la tromperie, la volerie : Virginie Pochon, Annie Gill, Francis Dudziak, Vincent Ordonneau.

 

Vraiment, un très grand spectacle, dont je suis sorti le sourire aux lèvres (il parait qu’il n’a pas quitté mon visage de toute la soirée). Il faut dire qu’avec un orchestre qui s’appelle « révolutionnaire et romantique », je ne pouvais être que comblé !

 

L’avis de Joël

La nouvelle de Mérimée, dont est tiré l’opéra.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francdorian 02/09/2009 16:54

Quelle chance d'avoir pu assister à ce spectacle, j'adore cet opéra, je le connais presque par coeur ! Cette figure féminine, Carmen, est l'essence de l'éternel féminin...

Yohan 06/09/2009 16:54


Oui, une vraie chance, avec une grande chanteuse, un grand chef et une magnifique mise en scène. Un vrai moment de bonheur !


Karine :) 08/07/2009 02:36

J'ai vu l'opéra récemment (une autre version, bien évidemment) et j'ai beaucoup aimé aussi et, comme tu dis, ce ne sont pas que les airs connus qui valent le détour!!

Yohan 31/07/2009 16:38


Oui, l'ensemble est vraiment très intéressant, et les airs chantés partout semblent finalement assez plats face aux d'autres moments plus intenses.


Stephie 07/07/2009 07:51

Ton billet fait vraiment envie ;)

Yohan 07/07/2009 22:54


Merci, mais malheureusement (enfin, pas pour moi ;-), il n'y a que six représentations, donc peu de happy few. Mais si tu as l'occasion de voir Anna Caterina Antonacci dans Carmen, c'est vraiment à
ne pas rater !