Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 19:21

Dorothee et Martha Brewster vivent avec leur neveu Teddy dans une petite maison de Brooklyn, adossée au cimetière. Elles veillent sur leur neveu, qui se prend pour le Président des Etats-Unis. Elles suivent aussi d’un œil interrogateur les amours de Mortimer, un autre de leur neveu, critique dramatique qui leur rend souvent visite. Elles rêvent qu’il concrétise enfin l’amitié qu’il entretient avec Elaine Harper, la voisine et fille du révérend. Mais la quiétude du lieu va très vite être troublée par l’apparition d’un cadavre et par le retour de Jonathan, le troisième de leur neveu, disparu depuis vingt ans…

 

Avant d’être un film hilarant de Frank Capra avec, entre autres, Cary Grant (merveilleux) et Peter Lorre (alcoolique), Arsenic et vieilles dentelles est une pièce de théâtre signée John Kesselring. Comme souvent, c’est après un succès à Broadway que la pièce fut adaptée (il existe en effet quelques différences entre la pièce et le film, notamment le métier de Mortimer Brewster).

 

La pièce est drôle, pleine de rebondissement et rythmée, mais elle est ce que j’appellerai une pièce diesel. Composée de trois actes d’inégale importance (en taille, j'entends), chacun a une fonction bien précise. Le premier acte sert d’exposition à l’intrigue : les personnages principaux sont campés, on apprend qui est le meurtrier et les raisons qui l’ont poussé à tuer Mr Hoskins, et comment il se débarrasse du corps. Ensuite, tous les éléments mis en place dans ce premier acte font faire sens, et interviennent dans un sens ou un autre pour faire avancer l’intrigue ou pour apporter une pointe d’humour. Tout cela pour se terminer dans un dernier acte en feu d’artifice, où tout se résout après moult péripéties.

 

En début de pièce, Teddy, le neveu fou qui voit des ennemis et des malades de la fièvre jaune dans tous les coins, porte l’aspect comique. Puis, petit à petit, chacun des personnages se dévoile, révélant des facettes insoupçonnées (et donc drôles), que ce soit les tantes, Mortimer ou Jonathan et son fidèle complice, le docteur Einstein. Et là, le texte prend de l’ampleur, les entrées et sorties permanentes des personnages donnent un rythme qui ne faiblit pas.

 

Keeselring profite d’ailleurs du personnage de Mortimer, et de celui de O’Hara, un sergent, pour parler du théâtre. Et notamment des mauvaises pièces : celles qui sont trop longues, comme celle qu’O’Hara écrit à ses heures perdues. Ou celles auxquelles Mortimer assiste et qu’il trouve indigne de ce grand génie qu’est le cerveau humain. Cette mise en abyme apporte une dimension supplémentaire à cette pièce déjà réussie.

 

Si je vous parle de cette pièce, c’est bien entendu parce que je viens de la lire, mais aussi parce que je l’ai vu sur scène. Enfin, pas totalement puisque je faisais partie de la distribution, et n’ai donc pas pu y assister normalement. J’ai eu l’honneur d’incarner le Président des Etats-Unis en personne, et cela ne m’arrivera vraisemblablement pas tous les jours. Je profite de ce modeste endroit pour remercier mes huit camarades de jeu qui ont permis que ce modeste spectacle voit le jour et si l’aventure fut rocambolesque, le succès fut, semble-t-il, au rendez-vous. Merci aussi à notre professeure / metteuse en scène / régisseuse / coiffeuse, qui nous a beaucoup aidé pour aller au bout de ce projet. Ce fut un vrai plaisir de jouer les rôles de Teddy et de Mr Gibbs (vieux monsieur qui échappe de justesse au tueur) !

PS : J'en profite pour vous annoncer que j'ai quatre places à revendre pour Ubu Roi à la Comédie Française, le samedi 11 juillet à 20h30. Si cela vous intéresse, n'hésitez pas à me le dire...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Outlook Settings 28/11/2014 13:31

I think this whole thing about bus and palladium is indeed way out off course. But this time this can be justified. Very true indeed, and everybody have to experience things like this once in a life time.

Patricia Perrault 06/06/2012 20:43


Bonsoir,


je cherche le texte de la pièce Arsenic et vieilles dentelles qui n'est plus édité. Avez-vous toujours le texte? Si oui, voudriez-vous le revendre? Cordialement.Patricia Perrault

Yohan 01/07/2012 21:41



Désolé pour cette réponse tardive, mais je n'ai plus le texte en ma possession. Pour ma part, c'est en médiathèque que j'ai trouvé le numéro de l'Avant-scène consacré à la pièce.



Frédéric 24/01/2012 22:53


Merci beaucoup de votre réponse des plus rapides. Figurez-vous que j'ai réussi à mettre la main sur un exemplaire de L'Avant-Scène n°969. Il appartient à un ami metteur en scène. A force d'avoir
lancé des filets... Je suis en train de la découvrir.


A bientôt peut-être à l'une ou l'autre des représentations qui se donneront en Suisse romande dès la mi-octobre 2012. Pour plus d'infos, vous pourrez aller sur notre site : www.artsandco.ch


Cordiales salutations.

cellier 26/08/2016 19:35

Je viens de lire votre mail de2012.
Je cherche depuis des mois le texte d'arsenic et vieilles dentelles pour la troupe de théâtre amateur que j'anime (en Bretagne). Si vous aviez encore (car le temps a passé) ce texte,auriez-vous la gentillesse de me dire comment vous pourriez, éventuellement, et si vous en êtes d'accord, me le communiquer.
Cordialement.

Frédéric 20/01/2012 17:29


Bonjour! Je suis à la recherche de cette pièce depuis quelques temps. En auriez-vous une copie par hasard ? Comme vous le savez certainement elle n'est plus éditée et je serais vivement intéressé
à la lire.


Merci de votre réponse.

Yohan 24/01/2012 22:37



Non, désolé, je n'ai plus d'exemplaires. Pour ma part, je l'ai trouvé en médiathèque, à Asnières sur Seine, dans l'édition Avant-scène. Je ne peux que vous conseiller de visiter un maximum de
bibliothèques.



Parmentier Eric 20/01/2010 13:02


Bonjour
Je n'arrive pas à trouver le texte de cette pièce en Belgique et mes recherches sur internet ne donne rien.
Quelqu'un dispose-t-il du texte ? Je suis disposé à racheter son exemplaire.


Yohan 21/01/2010 13:30


@ Desecures et Eric Parmentier : je suis désolé, mais je n'ai pas la possibilité de vous fournir ces documents. Pour ma part, je l'ai trouvé en bibliothèque (on y trouve un grand nombre
d'Avant-scène théâtre). Hormis cette solution, je ne vois pas vers quoi vous guider, à part arceler une maison d'éditions pour qu'elle publie à nouveau ce texte (qui aurait besoin d'une nouvelle
traduction, ceci dit !). Bon courage dans vos recherches !